Hyperinsulinisme: causes, symptômes, traitement

De nombreuses maladies qui surviennent de manière chronique précèdent souvent l’apparition du diabète.

Par exemple, l'hyperinsulinémie chez les enfants et les adultes est rarement détectée, mais indique la production excessive d'une hormone pouvant entraîner une chute du taux de sucre, une privation d'oxygène et un dysfonctionnement de tous les systèmes internes. L'absence de mesures thérapeutiques visant à supprimer la production d'insuline peut conduire au développement d'un diabète non contrôlé.

Causes de la pathologie

L'hyperinsulinisme dans la terminologie médicale est considéré comme un syndrome clinique, dont l'apparition se produit dans le contexte de la croissance excessive des niveaux d'insuline.

Dans cet état, le corps baisse en glycémie. Un manque de sucre peut provoquer un manque d'oxygène dans le cerveau, ce qui peut entraîner un dysfonctionnement du système nerveux.

Dans certains cas, l'hyperinsulisme se manifeste sans manifestations cliniques spécifiques, mais la maladie conduit le plus souvent à une intoxication grave.

  1. Hyperinsulinisme congénital . Il est basé sur la prédisposition génétique. La maladie se développe sur le fond des processus pathologiques se produisant dans le pancréas qui empêchent la production normale d'hormones.
  2. Hyperinsulinisme secondaire . Cette forme progresse en raison d'autres maladies qui ont provoqué une sécrétion excessive de l'hormone. L'hyperinsulinisme fonctionnel présente des manifestations associées à une altération du métabolisme des glucides et à une augmentation soudaine de la concentration de glycémie dans le sang.

Les principaux facteurs pouvant provoquer une augmentation des niveaux d'hormones:

  • la production par des cellules d'insuline inappropriée de composition autre que la norme, non perçue par l'organisme,
  • violation de la résistance entraînant la production incontrôlée d'une hormone,
  • des déviations dans le transport du glucose dans le sang,
  • en surpoids
  • athérosclérose
  • prédisposition génétique
  • l'anorexie, qui a une nature neurogène et est associée à une idée obsessionnelle de l'excès de poids,
  • processus oncologiques dans la cavité abdominale,
  • nourriture déséquilibrée et intempestive,
  • l'abus de sucreries entraînant une augmentation de la glycémie et, par conséquent, une augmentation de la sécrétion de l'hormone,
  • maladie du foie,
  • insulinothérapie non contrôlée ou utilisation excessive de médicaments pour réduire la concentration de glucose, ce qui entraîne l'apparition d'un traitement médicamenteux,
  • pathologies endocriniennes,
  • quantité insuffisante de substances enzymatiques impliquées dans les processus métaboliques.

Les causes de l'hyperinsulinisme peuvent ne pas se manifester avant longtemps, mais elles ont également un effet néfaste sur le travail de tout l'organisme.

Groupes à risque

Les groupes de personnes suivants sont les plus susceptibles de développer une hyperinsulinémie:

  • les femmes qui ont des ovaires polykystiques,
  • les personnes ayant un héritage génétique à cette maladie
  • patients souffrant de troubles du système nerveux,
  • les femmes à la veille de la ménopause,
  • personnes âgées
  • patients inactifs
  • les femmes et les hommes recevant un traitement hormonal ou des médicaments du groupe des bêta-bloquants.

Symptômes de l'hyperinsulinisme

La maladie contribue à un ensemble de poids vif, de sorte que la plupart des régimes sont inefficaces. Les dépôts graisseux chez les femmes se forment dans la zone de la taille, ainsi que dans la cavité abdominale. Ceci est dû à un important dépôt d’insuline stockée sous forme de graisse (triglycéride).

Les manifestations de l'hyperinsulinisme sont à bien des égards similaires aux signes qui se développent sur le fond de l'hypoglycémie. Le début d'une attaque se caractérise par une augmentation de l'appétit, une faiblesse, une transpiration, une tachycardie et une sensation de faim.

On ajoute ensuite un état de panique dans lequel on note la présence de peur, d'anxiété, de tremblement des membres et d'irritabilité. Ensuite, il y a désorientation au sol, engourdissement des membres, apparition de convulsions est possible. L'absence de traitement peut entraîner une perte de conscience et un coma.

  1. Facile Il se caractérise par l’absence de tout signe dans les périodes séparant les attaques, tout en continuant d’affecter de manière organique le cortex cérébral. Le patient note la détérioration au moins 1 fois au cours du mois civil. Pour arrêter une attaque, il suffit d'appliquer les médicaments appropriés ou de manger des aliments sucrés.
  2. Moyenne La fréquence des attaques - plusieurs fois par mois. Une personne peut perdre conscience à ce moment ou tomber dans le coma.
  3. Lourd Ce degré de maladie est accompagné de lésions cérébrales irréversibles. Les attaques se produisent souvent et conduisent presque toujours à une perte de conscience.

Les manifestations de l'hyperinsulisme sont presque les mêmes chez les enfants et les adultes. L’évolution de la maladie chez les jeunes patients se caractérise par le développement de crises convulsives dans un contexte de faible taux de glycémie, ainsi que par une fréquence élevée de récidive. Le résultat d'exacerbations constantes et d'un soulagement régulier de cette maladie avec des médicaments est un trouble de santé mentale chez les enfants.

Qu'est-ce qu'une maladie dangereuse?

Toute pathologie peut entraîner des complications si le temps ne prend aucune mesure. L'hyperinsulinémie ne fait pas exception et a donc également des conséquences dangereuses. La maladie se manifeste sous des formes aiguës et chroniques. Le courant passif entraîne un affaiblissement de l'activité cérébrale, un effet négatif sur l'état psychosomatique.

  • des perturbations dans le fonctionnement des systèmes et des organes internes,
  • développement du diabète
  • l'obésité
  • coma
  • déviations dans le système cardiovasculaire,
  • encéphalopathie,
  • parkinsonisme

L'hyperinsulinémie, qui a son origine dans l'enfance, nuit au développement de l'enfant.

Qu'est-ce que la polykystose et l'hyperinsulinémie?

Bien entendu, l'hyperinsulinémie est une maladie cachée, mais dans certains cas, les patients peuvent remarquer une faiblesse musculaire, des frissons, des vertiges, une soif excessive, une concentration insuffisante, une léthargie et une fatigue qui ne disparaît pas. Tous ces symptômes sont difficiles à manquer. avec eux passe de manière plus productive.

Si nous parlons de polykystose, ses principaux symptômes sont l’absence ou l’irrégularité de la menstruation, l’obésité, l’hirsutisme et l’alopécie androgénique (alopécie). Chacune de ces manifestations nécessitera un traitement individuel.

Souvent, une perturbation des ovaires sera accompagnée d'acné, de pellicules, de vergetures sur l'abdomen, d'un gonflement, d'une douleur dans la cavité abdominale. En outre, une femme peut observer les symptômes suivants:

  • changements rapides d'humeur
  • la respiration s'arrête pendant le sommeil (apnée),
  • nervosité
  • irritabilité excessive
  • déprimé
  • somnolence
  • apathie

Si le patient se tourne vers le médecin, la première place sera le diagnostic sur l'échographe, ce qui peut entraîner de multiples formations kystiques, un épaississement de la capsule ovarienne et une hyperplasie du tissu endométrial dans l'utérus. Ces processus s'accompagnent de sensations douloureuses dans le bas de l'abdomen et dans le pelvis et leurs causes doivent être prises en compte.

Si vous ne vous engagez pas dans un traitement rapide de la polykystose, des complications assez graves peuvent alors dépasser une femme:

  • cancer du tissu endométrial,
  • hyperplasie
  • l'obésité
  • cancer du sein,
  • haute pression
  • diabète sucré
  • thrombose
  • un coup
  • thrombophlébite.

En plus de cela, d'autres complications de la maladie peuvent également se développer, telles que l'infarctus du myocarde, une fausse couche, une naissance prématurée, une thromboembolie et une dyslipidémie.

Si nous parlons en nombre, alors 5 à 10% des femmes en âge de procréer ont une atteinte des ovaires polykystiques, alors même que les causes de cette complication sont connues.

Comment est le traitement de l'hyperinsulinémie et polykystique?

Si une femme a ces maladies, il est important de lui fournir un régime alimentaire individuel, qui sera établi par le médecin traitant et complété par un traitement.

La tâche principale dans cette situation est de ramener le poids à une marque normale.

Pour cette raison, limiter l'apport calorique de nourriture à 1800 calories par jour, dans ce cas agira comme une sorte de traitement. Il est important de limiter autant que possible la consommation

  • gras
  • épice
  • les épices,
  • nourriture épicée
  • boissons alcoolisées.

La nourriture est prise fractionnée 6 fois par jour. En outre, en tant que traitement, une thérapie aux hormones, un massage et une hydrothérapie peuvent être prescrits. Toutes les procédures doivent être effectuées sous la surveillance étroite d'un médecin.

L'hyperinsulinisme (insulinome) est la tumeur neuroendocrine (NEO) la plus répandue du pancréas. Il représente jusqu'à 70-75% de ces néoplasmes neuroendocrines (2 à 4 cas par million d'habitants). Les tumeurs sécrétant de l'insuline se manifestent le plus souvent par un complexe symptomatique caractéristique de l'hyperinsulinisme organique, dont la cause dans 5 à 7% des cas peut également être une microadénomatose, une hyperplasie et une néogenèse des cellules des îlots pancréatiques (nezidioblastose). L'hyperinsulinisme organique dans 10-15% des cas est une manifestation du syndrome de type 1 (syndrome de Vermere). Le syndrome de vermera, à son tour, chez 30% des patients combinés avec l'insulinome.

Le plus souvent, les insulinomes se retrouvent dans le pancréas - dans 95 à 99% des cas, avec la même fréquence dans tous ses départements. Dans de très rares cas, les insulinomes extrapancréatiques peuvent être localisés dans l'estomac, l'ulcère duodénal, le jéjunum, l'iléon, le colon transverse, le petit omentum, la vésicule biliaire et les portes de la rate. Les tailles décrites par l'insuline varient de 0,2 à 10 cm et plus de diamètre, mais jusqu'à 70% d'entre elles ne dépassent pas 1,5 cm de diamètre, ce qui explique les difficultés du diagnostic topique. En règle générale, cette tumeur est unique (solitaire) et de multiples lésions ne sont détectées que chez 15% des patients. Les insulinomes malins se retrouvent dans 10 à 15% des cas et se métastasent souvent au niveau du foie ou des ganglions lymphatiques régionaux.

Les manifestations cliniques de la tumeur sont dues à son activité hormonale, c'est-à-dire à la sécrétion excessive d'insuline. Sa fonction principale dans le corps est de réguler la concentration de glucose dans le sang en le transportant à travers les membranes cellulaires. En outre, l'hormone affecte le transport membranaire de K + et d'acides aminés, ainsi que sur le métabolisme des graisses et des protéines. Le principal stimulus physiologique de la sécrétion d'insuline est une augmentation de la concentration de glucose dans le sang. Le seuil de concentration de glucose pour sa sécrétion à jeun est compris entre 80 et 100 mg%, et la libération maximale est atteinte à une concentration de 300 à 500 mg%.

Chez les patients atteints d'insulinome, l'augmentation de la sécrétion d'insuline est due non seulement à sa synthèse excessive par la tumeur, mais également à la dérégulation de la fonction de sécrétion des cellules P, qui n'arrête pas la libération d'insuline à faible concentration de glucose dans le sang. Dans ce cas, avec la forme biologique normale de l'hormone, une grande quantité de proinsuline est produite, tandis que la sécrétion de C-peptide est relativement faible, ce qui entraîne une diminution (par rapport à la norme) du rapport entre le C-peptide et l'insuline.

L'hyperinsulinisme contribue à l'accumulation de glycogène dans le foie et les muscles. En conséquence, une quantité insuffisante de glucose pénètre dans le sang (blocage par la glycogénolyse).Un faible apport de glucides dans le cerveau ne génère pas de coûts énergétiques et entraîne donc une encéphalopathie (normalement, jusqu'à 20% du glucose consommé par le corps est utilisé pour le fonctionnement du cerveau). Les cellules du cortex principalement touchées, jusqu'à leur mort. Un apport insuffisant de glucose et d'oxygène dans le cerveau provoque l'excitation du système nerveux sympathique et l'augmentation du contenu sanguin des catécholamines, ce qui se traduit cliniquement par une faiblesse, une transpiration, une tachycardie, de l'anxiété, de l'excitabilité, des tremblements des extrémités. Un ralentissement des processus oxydatifs et une altération résultant d'une hypoglycémie de tous les types de métabolisme dans le cerveau entraînent une perte du tonus normal des parois des vaisseaux sanguins, ce qui, combiné à une augmentation du flux sanguin dans le cerveau en raison d'un vasospasme périphérique, entraîne un œdème, ainsi que des processus atrophiques et dégénératifs dans le cerveau.

Il faut se rappeler que les états hypoglycémiques peuvent être une manifestation d'autres maladies des organes internes et de certains états fonctionnels. Le plus souvent, un hyperinsulinisme fonctionnel (secondaire) est observé pendant le jeûne, accompagné d'une perte accrue (glucosurie rénale, diarrhée, allaitement) ou d'une utilisation excessive de glucides (administration d'insuline exogène, maladies immunitaires causées par des anticorps anti-insuline et ses récepteurs, la cachexie). L’hypoglycémie extra-pancréatique et l’augmentation de la concentration d’insuline dans le sang sont parfois causées par la suppression de la glycogénolyse due à des lésions hépatiques (hépatite, cancer du foie), à ​​certaines tumeurs malignes (cancer du rein, glandes surrénales, fibrosarcomes), à une diminution de la sécrétion d’hormones contra-insulaires (ACTH, cortisol), mikedomem.

Les symptômes typiques de la maladie sont caractérisés par la triade de Whipple, décrite en 1944:

  • développement d'attaques d'hypoglycémie spontanée à jeun ou après l'exercice, jusqu'à perte de conscience,
  • diminution lors d’une crise de glycémie (inférieure à 2,2 mmol / l).

Diagnostics

Si l'on soupçonne un hyperinsulinisme organique, le diagnostic peut être confirmé par une hypoglycémie à jeun inférieure à 2,2 mmol / l et par une augmentation de la concentration d'insuline immunoréactive (IRI) dans le plasma sanguin supérieure à 25 μED / ml (bien que la concentration basale d'IRI chez 20-30% des patients puisse se situer dans les limites normales ). La concentration de proinsuline et de peptide C sanguin est également déterminée; elle peut dans certains cas être augmentée même avec des indicateurs normaux d'IRI. Les indices sanguins du peptide C jouent un rôle important dans le diagnostic différentiel de l'hypoglycémie vraie induite par l'administration d'insuline exogène, car les préparations d'insuline exogène ne contiennent pas de peptide C. Pour exclure l'hypoglycémie artificielle provoquée par la prise de sulfonylamides ou de dérivés hypoglycémiants de la sulfonylurée, il est conseillé de déterminer la teneur en sulfonylurée de l'urine.

Le diagnostic de laboratoire de l'insuline, ainsi que d'autres NEO, au premier stade, repose principalement sur la détermination de la concentration en marqueurs non spécifiques de ces tumeurs et, surtout, de la chromogranine A et de la synaptophysine.

Pour confirmer définitivement la nature organique de la maladie et exclure les autres causes du syndrome hypoglycémique, un test à jeun est effectué pendant 72 heures, sur la base du fait que les personnes présentant une hyperfonction de l'appareil insulaire développent une hypoglycémie avec de la nourriture (Whipple triad).

À l'heure actuelle, les tests diagnostiques fonctionnels (tests avec l'olbutamide, le glucagon, l'arginine, la leucine, l'ACTH et le cortisol, l'adaline, le gluconate de calcium, test de suppression du peptide C) ne sont pas recommandés pour un diagnostic différentiel avec hyperinsulinisme secondaire.

Après avoir confirmé le diagnostic syndromique de l'hyperinsulinase organique, les cliniciens sont confrontés à la tâche plus difficile suivante: l'établissement d'un diagnostic topique. Le diagnostic topique de l'insuline reste une tâche complexe, compte tenu que 80% des cas ont des dimensions inférieures à 2 cm et que, dans la moitié des cas, ces tumeurs ont un diamètre inférieur à cm. Le scanner et les ultrasons permettent à l’insuline de ne pas détecter plus de 50% des cas, et avec une taille inférieure à 1,0 cm, la sensibilité des techniques est réduite de presque 2> aza. Il convient de noter que les méthodes de diagnostic topique des causes de l'hyperinsulinisme organique sont généralement similaires à celles utilisées pour les autres névroses neurovasculaires pancréatiques.

La première et la plus simple des méthodes de diagnostic préopératoires reste la voie percutanée. La méthode de diagnostic par ultrasons suivante est l’échographie endoscopique. C’est souvent la seule méthode permettant de déterminer la localisation des formations jusqu’à 5-6 mm.

Les méthodes de diagnostic non invasives entraînant une exposition aux rayonnements sont la tomodensitométrie. Actuellement, le scanner avec rehaussement de contraste par voie intraveineuse est utilisé pour détecter les tumeurs focales du pancréas. Cette méthode de diagnostic permet de localiser jusqu'à 50-70% des tumeurs pancréatiques produisant de l'insuline, leurs métastases (Fig. 4.2).

L'IRM est utilisée depuis un certain temps pour diagnostiquer le NEO, mais elle n'a pas été largement utilisée à cette fin.

Les inconvénients courants de ces méthodes de diagnostic topique non invasives comprennent non seulement leur faible valeur informative en cas de lésions multiples, mais également l'impossibilité d'identifier les foyers de microadénomatose et de déterminer la zone de la lésion en cas de nécidioblastose focale.

Prévention

Le seul traitement radical contre l'hyperinsulinisme organique reste chirurgical. Les résultats des interventions chirurgicales sur le pancréas et, en particulier, avec NEO laissent beaucoup à désirer dans presque toutes les institutions médicales du monde. La fréquence des complications postopératoires varie de 25 à 70% et la mortalité de 1,9 à 12%. À cet égard, il est nécessaire de développer un complexe de préparation préopératoire, de méthodes de prévention des complications postopératoires et de prise en charge des patients en période postopératoire. À bien des égards, les résultats de la période postopératoire suivante dépendent également du choix du mode opératoire.

L'intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie par intubation. L'accès opérationnel le plus optimal est une laparotomie médiane, à partir de laquelle une révision complète du pancréas peut être réalisée. Le pancréas est examiné après une large ouverture du ligament gastro-colique, une mobilisation de la tête pancréatique avec le duodénum selon Kocher et, si nécessaire, une mobilisation du corps et de la queue du pancréas. Comme indiqué précédemment, il est impératif d'effectuer une échographie peropératoire, ce qui permet dans presque tous les cas d'identifier ou d'éliminer une tumeur, ainsi que de déterminer les tactiques chirurgicales les plus optimales.

L'opération de choix pour les insulinomes bénins est considérée comme une énucléation. La résection distale du pancréas est préférable lorsque la tumeur est située profondément dans le tissu corporel et la queue de l'organe, ainsi que dans le voisinage immédiat du canal pancréatique et des vaisseaux spléniques et en présence d'insuline multiple.

Plus difficile est la question de la tactique de traitement en cas d'insulinome malin, en particulier avec la présence de métastases à distance. Malheureusement, en règle générale, avant et pendant la révision peropératoire, il est possible de juger du caractère malin de la croissance uniquement si la tumeur envahit le tissu environnant ou par métastase des ganglions lymphatiques régionaux et du foie, puisqu’un examen histologique urgent n’est dans la plupart des cas pas informatif. Dans d'autres observations, le degré de différenciation des insulinomes, ainsi que de tout NEO, n'est connu qu'après un examen histologique planifié.

Un bon résultat du traitement chirurgical de l'hyperinsulinisme organique est la disparition des symptômes d'hypoglycémie dans le contexte d'une concentration de glucose normale. Chez la plupart des patients, le poids est normalisé, la capacité de travail et la mémoire augmentent. Cependant, environ 10% des patients et après la chirurgie demeurent des manifestations d'encéphalopathie de gravité variable. Cela est dû à l'hypoglycémie persistante avant l'opération et à des modifications irréversibles des cellules du cortex cérébral. À cet égard, il est évident que plus il est possible de diagnostiquer rapidement l'hyperinsulinisme organique, d'en identifier la cause et de pratiquer une intervention chirurgicale, meilleurs seront les résultats à long terme du traitement.

Consultation médicale en ligne

Rita: 31/08/2016
Bonjour dans la biopsie de la glande thyroïde, un nombre important de thyrocytes est écrit séparément du frottis principal contre le fond d'un colloïde "liquide" sous la forme de noyaux nus élargis situés sous la forme de structures folliculaires et dispersés. Le patient a 75 ans. La chirurgie est-elle nécessaire? Le nœud a un peu grandi au cours de l'année. Les tests pour les hormones normales (sauf pour la thyroglobine - 64 - était de 26,5).

Hyperinsulinisme - Un syndrome clinique caractérisé par une augmentation des niveaux d'insuline et une diminution de la glycémie. L'hypoglycémie entraîne une faiblesse, des vertiges, une augmentation de l'appétit, des tremblements et une agitation psychomotrice. Un coma hypoglycémique se développe en l’absence de traitement rapide.

Le diagnostic des causes de l'affection est basé sur les caractéristiques du tableau clinique, les données des tests fonctionnels, du test de glucose dynamique, de l'échographie ou du scanner du pancréas. Traitement des tumeurs du pancréas - chirurgical.

En cas de syndrome extra-pancréatique, la maladie principale est traitée, un régime spécial est prescrit.

L'hyperinsulinisme (maladie hypoglycémique) est une affection pathologique congénitale ou acquise dans laquelle se développe une hyperinsulinémie endogène absolue ou relative. Les signes de la maladie ont été décrits pour la première fois au début du XXe siècle par le médecin américain Harris et le chirurgien national Oppel.

L'hyperinsulinisme congénital est assez rare - 1 cas pour 50 000 nouveau-nés. La forme acquise de la maladie se développe entre 35 et 50 ans et affecte plus souvent la femme.

La maladie hypoglycémique survient avec des périodes d'absence de symptômes graves (rémission) et avec des périodes de développement du tableau clinique (épisodes d'hypoglycémie).

Causes de l'hyperinsulinisme

Les anomalies congénitales sont causées par des anomalies du développement fœtal, un retard de croissance fœtale, des mutations du génome.

Les causes de la maladie hypoglycémique acquise sont divisées en deux catégories: pancréatique, entraînant le développement d’une hyperinsulinémie absolue, et non pancréatique, entraînant une augmentation relative du taux d’insuline.

La forme pancréatique de la maladie survient dans les néoplasmes malins ou bénins, ainsi que dans l’hyperplasie des cellules bêta du pancréas. La forme non pancréatique se développe dans les conditions suivantes:

  • Troubles en mode d'alimentation. Un jeûne prolongé, une augmentation de la perte de liquide et de glucose (diarrhée, vomissements, allaitement), un exercice intense sans consommation d'aliments glucidiques entraînent une forte diminution de la glycémie. Une consommation excessive de glucides raffinés augmente la glycémie, ce qui stimule la production active d'insuline.
  • Des lésions hépatiques de différentes étiologies (cancer, hépatose adipeuse, cirrhose) entraînent une diminution du taux de glycogène, une altération des processus métaboliques et la survenue d'une hypoglycémie.
  • Une ingestion incontrôlée de médicaments hypoglycémiants pour le diabète sucré (dérivés de l'insuline, sulfonylurée) provoque une hypoglycémie induite par le médicament.
  • Maladies endocriniennes entraînant une diminution du taux de hormones de continsuline (ACTH, cortisol): nanisme hypophysaire, myxoedème, maladie d'Addison.
  • Le manque d'enzymes impliquées dans le métabolisme du glucose (phosphorylase hépatique, insulinase rénale, glucose-6-phosphatase) provoque un hyperinsulinisme relatif.

Le glucose est le principal substrat nutritif du système nerveux central et est nécessaire au fonctionnement normal du cerveau. L'augmentation des taux d'insuline, l'accumulation de glycogène dans le foie et l'inhibition de la glycogénolyse entraînent une diminution de la glycémie. L'hypoglycémie provoque une inhibition des processus métaboliques et énergétiques dans les cellules du cerveau.

Le système sympatho-surrénalien est stimulé, la production de catécholamine augmente et une crise d'hyperinsulinisme se développe (tachycardie, irritabilité et sentiment de peur). La violation des processus d'oxydo-réduction dans le corps entraîne une diminution de la consommation d'oxygène par les cellules du cortex cérébral et le développement d'une hypoxie (somnolence, léthargie, apathie).

Une carence supplémentaire en glucose provoque une violation de tous les processus métaboliques dans le corps, une augmentation du flux sanguin vers les structures cérébrales et le spasme des vaisseaux périphériques, ce qui peut entraîner une crise cardiaque.

Avec l'implication des anciennes structures cérébrales (médulla et midbrain, pons) dans le processus pathologique, des états convulsifs, une diplopie, ainsi qu'une activité respiratoire et cardiaque altérée se développent.

Classification

En endocrinologie clinique, la classification de l'hyperinsulinémie en fonction des causes de la maladie est le plus souvent utilisée:

  1. Hyperinsulinisme primaire (pancréatique, organique, absolu) est une conséquence du processus tumoral ou de l’hyperplasie des cellules bêta de l’appareil insulaire du pancréas. L'augmentation des taux d'insuline dans 90% contribue aux néoplasmes bénins (insulinome), moins souvent malignes (carcinome). L'hyperinsulinémie organique survient sous forme sévère avec un tableau clinique prononcé et de fréquents épisodes d'hypoglycémie. Une forte baisse de la glycémie se produit le matin, associée au fait de sauter des repas. Pour cette forme de maladie, la triade de Whipple est caractéristique: symptômes d'hypoglycémie, diminution marquée du taux de sucre dans le sang et réduction du nombre de crises par l'introduction de glucose.
  2. Hyperinsulinisme secondaire (fonctionnel, relatif, extrapancréatique) est associé à un déficit en hormones contre-insulines, à des lésions du système nerveux et du foie. L’attaque de l’hypoglycémie est due à des causes externes: famine, surdose d’hypoglycémiants, effort physique intense, choc psycho-émotionnel. Les exacerbations de la maladie se produisent de manière irrégulière, pratiquement sans lien avec la prise de nourriture. Le jeûne quotidien ne provoque pas de symptômes étendus.

Le tableau clinique de la maladie hypoglycémique est dû à une diminution de la glycémie. Le développement d'une attaque commence par une augmentation de l'appétit, de la transpiration, de la faiblesse, de la tachycardie et de la faim.

Plus tard, s'ajoutent des états de panique: sentiment de peur, d'anxiété, d'irritabilité, de tremblement des membres.

Avec le développement ultérieur de l'attaque marquée désorientation dans l'espace, diplopie, paresthésie (engourdissement, fourmillements) dans les membres, jusqu'à la survenue de crises. En l'absence de traitement, il se produit une perte de conscience et un coma hypoglycémique.

La période intercritique se manifeste par une perte de mémoire, une instabilité émotionnelle, une apathie, une altération de la sensibilité et un engourdissement des membres. Des repas fréquents riches en glucides faciles à digérer provoquent une augmentation du poids corporel et le développement de l'obésité.

Dans la pratique moderne, il existe 3 degrés d'hyperinsulinisme, en fonction de la gravité de la maladie: légère, modérée et grave.Un degré modéré se manifeste par l'absence de symptômes dans la période interictale et de lésions organiques du cortex cérébral.

Les exacerbations de la maladie surviennent moins d'une fois par mois et sont rapidement arrêtées par des médicaments ou des aliments sucrés. Avec une gravité modérée, les crises se produisent plus souvent 1 fois par mois, une perte de conscience et le développement du coma sont possibles.

La période intercritique est caractérisée par de légers troubles du comportement (manque de mémoire, diminution de la pensée). Sévère se développe avec des changements irréversibles dans le cortex cérébral. Dans ce cas, les attaques sont fréquentes et aboutissent à une perte de conscience.

Dans la période intercritique, le patient est désorienté, la mémoire est fortement réduite, il y a un tremblement des extrémités, caractérisé par un changement brusque d'humeur et une irritabilité.

Complications de l'hyperinsulinisme

Les complications peuvent être divisées en début et en fin. Parmi les complications précoces qui se produisent dans les heures qui suivent l'attaque, on peut citer les accidents vasculaires cérébraux, l'infarctus du myocarde en raison d'une forte diminution du métabolisme du muscle cardiaque et du cerveau. Dans les situations graves, un coma hypoglycémique se développe.

Les complications tardives apparaissent quelques mois ou quelques années après le début de la maladie et se caractérisent par des troubles de la mémoire et de la parole, un parkinsonisme et une encéphalopathie. L'absence de diagnostic et de traitement opportuns de la maladie entraîne un épuisement de la fonction endocrinienne du pancréas et l'apparition d'un diabète, d'un syndrome métabolique et de l'obésité.

L'hyperinsulinisme congénital dans 30% des cas conduit à une hypoxie chronique du cerveau et réduit le développement mental de l'enfant.

Traitement de l'hyperinsulinisme

Le traitement tactique dépend de la cause de l'hyperinsulinémie. Dans la genèse organique, un traitement chirurgical est indiqué: résection partielle du pancréas ou ectomie totale du pancréas, énucléation du néoplasme. Le volume de l'intervention chirurgicale est déterminé par l'emplacement et la taille de la tumeur.

Après la chirurgie, une hyperglycémie transitoire est généralement notée, nécessitant une correction médicale et une alimentation pauvre en glucides. La normalisation des indicateurs intervient dans le mois qui suit l'intervention. Dans les tumeurs inopérables, un traitement palliatif est effectué pour prévenir l'hypoglycémie.

En cas de néoplasmes malins, une chimiothérapie est également indiquée.

L'hyperinsulinisme fonctionnel nécessite tout d'abord le traitement de la maladie sous-jacente à l'origine de la production accrue d'insuline. Tous les patients reçoivent un régime alimentaire équilibré avec une diminution modérée de l'apport en glucides (100 à 150 grammes par jour).

La préférence est donnée aux glucides complexes (pains de seigle, pâtes de blé dur, céréales complètes, noix). Les repas doivent être fractionnés, 5 à 6 fois par jour. En raison du fait que les crises périodiques provoquent le développement de conditions de panique chez les patients, la consultation d'un psychologue est recommandée.

Avec le développement d'une attaque hypoglycémique, l'utilisation de glucides facilement digestibles (thé sucré, bonbons, pain blanc) est indiquée. En l'absence de conscience, l'administration intraveineuse d'une solution de glucose à 40% est nécessaire. Pour les convulsions et l'agitation psychomotrice marquée, des injections de tranquillisants et de sédatifs sont indiquées.

Le traitement des crises d'hyperinsulinisme graves avec le développement du coma est effectué dans l'unité de soins intensifs avec un traitement par perfusion par désintoxication, l'introduction de glucocorticoïdes et de l'adrénaline.

Pronostic et prévention

La prévention des maladies hypoglycémiques comprend une alimentation équilibrée avec un intervalle de 2 à 3 heures, une consommation suffisante d’eau potable, l’évitement des mauvaises habitudes et un contrôle du taux de glucose.

Pour maintenir et améliorer les processus métaboliques dans le corps, il est recommandé de faire de l'exercice modéré conformément au régime alimentaire. Le pronostic de l'hyperinsulinisme dépend du stade de la maladie et des causes de l'insulinémie.

L'élimination des néoplasmes bénins dans 90% des cas permet le rétablissement. Les tumeurs malignes et inopérables provoquent des modifications neurologiques irréversibles et nécessitent une surveillance constante de l'état du patient.

Le traitement de la maladie sous-jacente avec la nature fonctionnelle de l'hyperinsulinémie conduit à une régression des symptômes et à une récupération ultérieure.

Hyperinsulinémie et son traitement

L'hyperinsulinémie est un état malsain du corps dans lequel le niveau d'insuline dans le sang dépasse la valeur normale.

Si le pancréas produit trop d'insuline pendant une longue période, il en résulte une usure, des perturbations et un fonctionnement normal.

L'hyperinsulinémie développe souvent un syndrome métabolique (trouble métabolique), qui peut être un précurseur du diabète sucré. Pour éviter cela, il est important de consulter rapidement un médecin pour un examen détaillé et le choix d'une méthode pour corriger ces troubles.

Les causes immédiates d'une augmentation de l'insuline dans le sang peuvent être de tels changements:

  • la formation d'insuline anormale dans le pancréas, qui se distingue par sa composition en acides aminés et n'est donc pas perçue par l'organisme,
  • des perturbations dans le travail des récepteurs (terminaisons sensibles) de l'insuline, à cause desquels ils ne peuvent pas reconnaître la bonne quantité de cette hormone dans le sang, et par conséquent, son niveau est toujours supérieur à la norme,
  • des perturbations dans le transport du glucose dans le sang,
  • Les «pannes» dans le système de reconnaissance de diverses substances au niveau cellulaire (le signal indiquant que le composant entrant est du glucose ne passe pas et que la cellule ne le laisse pas entrer).

Chez les femmes, la pathologie est plus courante que chez les hommes, ce qui est associé à de fréquentes fluctuations et altérations hormonales. Cela est particulièrement vrai pour les femmes atteintes de maladies gynécologiques chroniques.

Il existe également des facteurs indirects qui augmentent le risque de développer une hyperinsulinémie chez les personnes des deux sexes:

  • mode de vie sédentaire
  • en surpoids,
  • âge avancé
  • l'hypertension,
  • athérosclérose
  • dépendance génétique,
  • tabagisme et abus d'alcool.

Avec le cours chronique dans les premiers stades de développement, cette condition peut ne pas être ressentie. Chez la femme, l'hyperinsulinémie (en particulier au début) se manifeste activement pendant la période du syndrome prémenstruel et, comme les symptômes de ces affections sont similaires, la patiente n'y prête pas une attention particulière.

En général, les signes d'hyperinsulinémie ont beaucoup en commun avec l'hypoglycémie:

  • faiblesse et fatigue accrue
  • instabilité psycho-émotionnelle (irritabilité, agressivité, pleurs),
  • léger tremblement dans le corps
  • sensation de faim,
  • mal de tête
  • soif forte
  • hypertension artérielle
  • incapacité à se concentrer.

Avec une insuline élevée dans le sang, le patient commence à prendre du poids, mais aucun régime ni exercice ne permet de le perdre. Dans ce cas, la graisse s'accumule à la taille, autour de l'abdomen et dans la partie supérieure du corps.

Cela est dû au fait qu'une augmentation du niveau d'insuline dans le sang entraîne une formation accrue d'un type particulier de graisse, les triglycérides.

Leur grand nombre augmente la taille des tissus adipeux et affecte en outre les vaisseaux sanguins.

En raison de la faim constante liée à l'hyperinsulinémie, une personne commence à trop manger, ce qui peut conduire à l'obésité et au développement du diabète de type 2.

Qu'est-ce que la résistance à l'insuline?

La résistance à l'insuline est une violation de la sensibilité des cellules, qui ne prend plus l'insuline normalement et ne peut pas absorber le glucose.

Pour assurer l'apport de cette substance nécessaire dans les cellules, le corps doit constamment maintenir un taux élevé d'insuline dans le sang.

Cela entraîne une augmentation de la pression artérielle, une accumulation de graisse et un gonflement des tissus mous.

La résistance à l'insuline perturbe le métabolisme normal, à cause de son rétrécissement des vaisseaux sanguins et du dépôt de plaques de cholestérol. Cela augmente le risque de développer une maladie cardiaque grave et une hypertension chronique. L'insuline inhibe le processus de décomposition des graisses. Par conséquent, avec son niveau élevé, une personne gagne intensément en poids.

Il existe une théorie selon laquelle l’insulinorésistance est un mécanisme de protection de la survie d’une personne dans des conditions extrêmes (par exemple, pendant une longue période de faim).

La graisse, qui a été retardée au cours de la nutrition normale, devrait théoriquement être dépensée en cas de manque de nutriments, donnant ainsi à une personne la possibilité de «rester plus longtemps» sans nourriture.

Mais dans la pratique, il n’ya rien d’utile pour une personne moderne dans cet état, car elle ne fait que conduire au développement de l’obésité et du diabète sucré non insulino-dépendant.

Le diagnostic de l'hyperinsulinémie est légèrement compliqué par le manque de spécificité des symptômes et par le fait qu'ils peuvent ne pas apparaître immédiatement. Pour identifier cette condition, les méthodes d'enquête suivantes sont utilisées:

  • détermination du niveau d'hormones dans le sang (insuline, hormones hypophysaires et thyroïdiennes),
  • IRM de l'hypophyse avec un agent de contraste permettant d'éliminer une tumeur
  • Échographie des organes abdominaux, en particulier du pancréas,
  • Échographie des organes pelviens chez la femme (pour établir ou exclure des pathologies gynécologiques concomitantes pouvant être à l'origine d'une augmentation de l'insuline dans le sang),
  • surveillance de la pression artérielle (y compris la surveillance quotidienne avec un moniteur Holter),
  • surveillance régulière de la glycémie (à jeun et sous charge).

En cas de moindre symptôme douteux, vous devez contacter un endocrinologue, car la détection rapide d’une pathologie augmente les chances de l’éliminer à jamais.

Hyperinsulinémie: causes, symptômes, traitement, régime alimentaire

Dans l'hyperinsulinémie, il faut comprendre une maladie qui se manifeste par une augmentation du taux d'insuline dans le sang. Cette pathologie peut provoquer une augmentation du taux de sucre et une condition préalable au développement du diabète. Avec cette maladie est étroitement liée et une autre - polykystique, qui est accompagnée par un dysfonctionnement ou une perturbation dans le travail:

  • les ovaires,
  • cortex surrénalien
  • pancréas,
  • l'hypophyse,
  • hypothalamus.

En outre, il existe une production excessive d'insuline avec des œstrogènes et des androgènes. Tous ces symptômes et signes indiquent qu'une hyperinsulinémie est sur le point de commencer dans le corps du patient.

Au tout début des problèmes de santé, un syndrome métabolique commence à se développer, caractérisé par des modifications du taux de sucre dans le sang humain. Cette condition est observée après avoir mangé, lorsque le taux de glucose augmente et provoque une hyperglycémie, ce qui peut être le début de l'apparition d'une maladie telle que l'hyperinsulinémie.

Quelque temps après avoir mangé, cet indicateur diminue fortement et provoque une hypoglycémie. Syndrome métabolique similaire est le début du développement du diabète. Dans ce cas, le pancréas commence à surproduire l'insuline et est donc épuisé, ce qui entraîne une déficience de cette hormone dans l'organisme.

Si le niveau d'insuline augmente, un gain de poids se produit, ce qui entraîne divers degrés d'obésité. En règle générale, la couche graisseuse est augmentée dans la région de la taille et de l'abdomen, ce qui indique une hyperinsulinémie.

Bien que les causes de cette maladie soient connues et que les symptômes soient difficiles à ignorer, on les trouve encore dans le monde moderne.

Hyperinsulinisme

Hyperinsulinisme - Un syndrome clinique caractérisé par une augmentation des niveaux d'insuline et une diminution de la glycémie. L'hypoglycémie entraîne une faiblesse, des vertiges, une augmentation de l'appétit, des tremblements et une agitation psychomotrice. Un coma hypoglycémique se développe en l’absence de traitement rapide. Le diagnostic des causes de l'affection est basé sur les caractéristiques du tableau clinique, les données des tests fonctionnels, du test de glucose dynamique, de l'échographie ou du scanner du pancréas. Traitement des tumeurs du pancréas - chirurgical. En cas de syndrome extra-pancréatique, la maladie principale est traitée, un régime spécial est prescrit.

Informations générales

L'hyperinsulinisme (maladie hypoglycémique) est un état pathologique acquis ou congénital dans lequel se développe une hyperinsulinémie endogène absolue ou relative. Les signes de la maladie ont été décrits pour la première fois au début du XXe siècle par le médecin américain Harris et le chirurgien national Oppel. L'hyperinsulinisme congénital est assez rare - 1 cas pour 50 000 nouveau-nés. La forme acquise de la maladie se développe entre 35 et 50 ans et affecte plus souvent la femme. La maladie hypoglycémique survient avec des périodes d'absence de symptômes graves (rémission) et avec des périodes de développement du tableau clinique (épisodes d'hypoglycémie).

Quelle est une maladie

Hyperinsulinisme qu'en est-il si vous comprenez cela en détail? Une telle condition qui se développe dans le corps humain peut être primaire et secondaire. Les causes de survenue sont différentes, souvent associées à des pathologies affectant le pancréas humain. La forme secondaire de la maladie peut être causée par diverses pathologies associées à d'autres organes du corps humain.

La maladie a une caractéristique particulière: non seulement l’ensemble de l’île du pancréas, mais également un foyer spécifique. Alors seulement une certaine partie du tissu de la glande est affectée. Un traitement efficace de la pathologie n’est possible que si vous découvrez ses causes possibles.

Causes de la maladie

Les facteurs qui provoquent cette maladie sont très différents. Les néoplasmes se formant dans les îlots peuvent avoir un caractère à la fois malin et bénin. Le développement de la pathologie est souvent lié à un dysfonctionnement du système nerveux central. Si la cause est associée à la formation d'une tumeur dans l'hyperplasie pancréatique, le traitement doit être spécial.

Les causes de la maladie sont souvent les complications de l’insulinothérapie. Si une personne a des indications pour l’insulinothérapie, il est important de comprendre que les complications de l’insulinothérapie peuvent être graves. La complication de l'insulinothérapie peut provoquer d'autres maladies tout aussi dangereuses. Si l'hyperinsulinisme peut être traité avec le plus de succès possible avec une intervention médicale opportune, d'autres pathologies peuvent alors être irréversibles. Le traitement du diabète et de la résistance à l'insuline pose de nombreux problèmes.

Si le patient est en surpoids, le traitement sera considérablement compliqué, il en va de même pour le premier stade du diabète de type diabète. Il y a d'autres facteurs qui doivent être appelés:

  • système endocrinien affecté (on peut parler de la défaite de l'hypothalamus ou de l'hypophyse),
  • le processus métabolique dans le corps est brisé,
  • estomac, foie humain affecté.

Il existe un certain nombre de raisons, toutes liées à la quantité insuffisante de sucre dans le sang d’une personne. Souvent, la maladie se forme chez les personnes à qui on prescrit un régime strict, mais elles commencent simplement à jeûner pendant longtemps.Un tel régime apporte des résultats sous forme de perte rapide et significative de glucides.

Si le régime alimentaire exténuant d'une personne est associé à un travail physique pénible, la situation est alors considérablement aggravée. Souvent, un état fébrile se développe rapidement. Ce sont déjà des raisons spécifiques pour le développement de la pathologie et nous devrions discuter séparément des symptômes.

À propos des caractéristiques des symptômes

Comme on l'a déjà noté, la maladie est directement liée à la diminution du taux de sucre dans le sang. Par conséquent, les symptômes sont caractéristiques - une personne se sent fortement affaiblie, elle en vient au point que la conscience est perdue. Surtout si une personne a précédemment adhéré exclusivement à un régime alimentaire, ce qui peut provoquer un affaiblissement du corps.

Les personnes souffrant de maux de tête graves et prolongés développent rapidement une tachycardie. Une autre preuve vivante de la pathologie est la transpiration prononcée, la personne est constamment dans un état d'excitation accrue. Une personne veut constamment manger, elle n'a même pas assez de nourriture pour manger. La pression diminue, la température corporelle diminue également et le développement de la fièvre est également un signe.

Les jambes se mettent à trembler, la peau devient pâle, elle ne cède pas au bronzage.

Ces symptômes ont été décrits chez l'adulte, mais ils peuvent être différents chez les enfants. Elles ressentent constamment la peur et peuvent tomber dans un état dépressif (ceci est également observé chez les femmes). Le patient peut être désorienté dans l'espace, mais un tel symptôme n'est pas observé souvent. Chez toutes les personnes, indépendamment de leur âge, sujettes à la maladie, les crises commencent, leur caractère a souvent beaucoup en commun avec les crises d'épilepsie.

La maladie se développe sous une forme aiguë et chronique. La forme chronique peut devenir grave et aboutir souvent au coma. Les mauvais signes sont le développement d'un état d'apathie et lorsque les capacités intellectuelles d'une personne se détériorent brutalement. Séparément, il faut dire sur les signes de la maladie chez les représentants du sexe fort - à part la faiblesse générale, ils commencent à avoir de sérieux problèmes de puissance.

Dans cet état, le cerveau humain manque cruellement de glucose et d'oxygène et sa consommation est réduite de 20%. Cela peut entraîner une privation d'oxygène pour le cerveau humain. Et cela devient déjà souvent la cause d'activités perturbées de nombreux systèmes et organes internes.

A propos des événements de diagnostic

Le tableau clinique de la maladie affecte directement les mesures de diagnostic. L'anamnèse est prise en compte. Le diagnostic différentiel est efficace car la maladie présente souvent des symptômes similaires avec des affections mentales et neurologiques. Il est nécessaire d'utiliser des techniques de recherche spéciales. Ce n'est qu'ainsi qu'un traitement adéquat peut être prescrit, ce qui donnera des résultats positifs.

Pourquoi la maladie se développe-t-elle?

Les experts identifient les raisons suivantes qui conduisent à l'apparition d'une pathologie:

  • le pancréas commence à produire une quantité excessive d'insuline,
  • la sensibilité des récepteurs à l'insuline diminue - la résistance à l'insuline se produit,
  • le processus de transfert des molécules de glucose est perturbé,
  • il y a des interruptions dans la transmission des signaux dans le système cellulaire (certains récepteurs ne fonctionnent pas, le glucose ne peut donc pas pénétrer dans les cellules).

En outre, un certain nombre de facteurs prédisposent à l'hyperinsulinémie.

Les risques sont augmentés chez les patients suivants:

Article connexe: Signes d'hyperglycémie

  • ayant une prédisposition héréditaire et des parents atteints de diabète,
  • en violation du centre de régulation des sentiments tels que la faim et la satiété,
  • plus souvent diagnostiqué chez les femmes, en particulier celles qui souffrent de troubles hormonaux, si le syndrome des ovaires polykystiques est diagnostiqué, ainsi que dans le diabète gestationnel,
  • chez les personnes qui ne montrent pas d'activité physique,
  • en présence d'habitudes néfastes,
  • chez les personnes âgées,
  • dans le contexte de l'obésité - un excès de tissu adipeux conduit à une perte de sensibilité des récepteurs à l'action de l'insuline et à une diminution de sa synthèse,
  • chez les patients atteints d'athérosclérose,
  • pendant la ménopause,
  • avec l'hypertension,
  • dans le contexte du traitement avec les médicaments hormonaux, les diurétiques thiazidiques, les bêta-bloquants.

L'exposition à des substances nocives affecte également le système endocrinien.

De tels phénomènes affectent négativement la transmission des signaux dans les cellules. Une forte augmentation de l'insuline peut entraîner le développement d'un diabète, de l'obésité et d'un coma hypoglycémique. En outre, il existe des risques de violation dans le système cardiovasculaire.

Comment se manifeste la maladie?

Les symptômes dans le développement initial de la maladie sont absents, mais après il y a des signes évidents d'un trouble pathologique:

  • l'apparition de dépôts graisseux dans l'abdomen et le haut du torse,
  • des épisodes d'hypertension,
  • avoir soif
  • douleurs musculaires
  • vertige
  • trouble de la concentration
  • tremblements et frissons.

Avec l'hyperinsulinémie, une personne devient faible, léthargique, se fatigue rapidement.

Si l'augmentation de l'insuline est due à un syndrome génétique ou à une maladie rare, d'autres symptômes apparaissent:

  • déficience visuelle
  • la peau s'assombrit, la sécheresse se produit,
  • Des vergetures visibles se forment sur la peau de l'abdomen et des cuisses,
  • le patient s'inquiète des selles difficiles,
  • inquiet de la douleur dans les os.

L'hyperinsulinémie est une maladie grave qui nécessite un avis médical obligatoire.

Caractéristiques du diagnostic de la maladie

Un taux élevé d'insuline dans le sang affecte différents systèmes du corps et est associé à différentes maladies. Par conséquent, un diagnostic complet est recommandé.

Tableau n ° 1. Mesures de diagnostic pour la détection de l'hyperinsulinémie.

Analyse ou sondageDomaine d'étude et caractéristiques
Analyse pour identifier certaines hormonesProfessionnels intéressés par le niveau:

  • l'insuline
  • cortisol (hormone "stress"),
  • TSH (prolactine thyrotrope),
  • ACTH (hormone corticotrope),
  • l'aldostérone (hormone stéroïde du cortex surrénalien),
  • rénine (angiotensinogénase).
Mesure de la pression artérielleUne surveillance quotidienne est assignée - un enregistreur spécial est installé sur le corps du patient, équipé d'un capteur qui enregistre l'apparition et la disparition des ondes de pouls.Le calcul des caractéristiques de la constitutionLe spécialiste détermine l’indice de masse corporelle (rapport poids / taille),

le rapport tour de taille et tour de hanche est également pris en compte. Analyse d'urineElle détermine la microalbuminurie - la présence dans l'urine d'une petite quantité de protéines, qui ne devrait normalement pas se trouver ici. ÉchographieExaminé le pancréas, le foie, les reins. Biochimie sanguineLes professionnels s’intéressent au taux de cholestérol total, de triglycérides et de lipoprotéines de basse et haute densité.

L'analyse révèle également la quantité de glucose présente sur l'estomac "affamé" et après avoir mangé. CT (cardiotocographie),

IRM (imagerie par résonance magnétique)La glande pituitaire et le cortex surrénalien sont à l'étude. Le diagnostic est prescrit pour exclure la présence du syndrome d'hypercortisolisme (maladie d'Itsenko-Cushing).

En cas de symptômes d'hyperisulinémie, il est recommandé de consulter, en plus de l'endocrinologue, des consultations et autres spécialistes. Dans ce cas, un cardiologue, un nutritionniste, un psychothérapeute aidera.

Comment traite-t-on la maladie?

En général, comme dans le cas du diabète sucré, le traitement de cette maladie est avant tout un régime visant à éliminer les kilos superflus, non pas pour des raisons de beauté, mais davantage pour la santé.

La base de la nutrition est la réduction de l'apport calorique de nourriture.

Dans la préparation du régime tient compte de plusieurs facteurs:

  • quel type de travail le patient est-il engagé (mental ou physiquement dur),
  • impliqué dans le sport ou non
  • poids au moment de la référence à un spécialiste, etc.

Rendre l'alimentation fractionnée - manger 4-6 fois par jour en petites portions.

Avec un effort physique insuffisant, ils devraient être augmentés, cela rendra le traitement plus efficace. Toutefois, il existe certaines nuances: une charge de puissance statistique peut affecter négativement l’état du patient et provoquer une crise hypertensive. Par conséquent, lorsque l'hyperinsulinémie est préférable de choisir d'autres activités.

Pour les personnes souffrant de fortes augmentations de la glycémie, le yoga, le Pilates, la natation, l'aérobic, l'aquagym, etc. conviennent mieux.

La correction de la nutrition et des entraînements correctement sélectionnés, basés sur une augmentation progressive de la charge, sont essentiels pour améliorer l'état du patient.

En outre, le traitement peut également inclure des médicaments.

Tableau n ° 2. Médicaments prescrits pour l'hyperinsulinémie et leur action.

Type de drogueAction
Hypoglycémiants: biguanides, thiazolidinesMédicaments réduisant le taux de sucre dans le sang.
AntihypertenseursNommés pour normaliser la pression artérielle, il est également possible, grâce à leur réception, d’éviter le développement de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux.
Inhibiteurs de l'ECAUtilisé pour le traitement de l'hypertension - réduit la pression systolique et diastolique.
Lits et fibratesRéduire efficacement le cholestérol.
Inhibiteurs de la recapture de la sérotonineDes médicaments qui réduisent l'appétit.
Préparations contenant de l'acide alpha-lioïqueAugmenter l'utilisation de l'excès de glucose et éliminer l'excès de cholestérol du corps.

Description de la maladie hyperinsulinisme

L'hyperinsulinisme est une maladie caractérisée par des épisodes d'hypoglycémie provoqués par une augmentation absolue ou relative des taux d'insuline.

Il existe des hyperinsulinismes primaires (absolus, pancréatiques) provoqués par un adénome, un cancer ou une hyperplasie des îlots de Langerhans, et secondaires (relatifs, extrapancréatiques) associés à des lésions du système nerveux ou à une production insuffisante d'hormones contrainsulaires.

Il se développe plus souvent entre 35 et 60 ans et souvent dans des familles sujettes au diabète. Les hommes et les femmes sont touchés avec la même fréquence. Une tumeur maligne est moins fréquente. Une hyperplasie des îlots avec des signes d'hypoglycémie est observée au cours de l'obésité initiale et au début du diabète sucré.

Les symptômes cliniques sont dus à l’état hypoglycémique. La maladie hypoglycémique (insulinome) est caractérisée par la triade de Whipple:

  • l'apparition d'attaques d'hypoglycémie spontanée sur un estomac vide, après un travail musculaire, ou 2-3 heures après avoir mangé,
  • une baisse de la glycémie lors d'une crise cardiaque inférieure à 1,7-1,9 mmol / l,
  • La cessation (arrêt) d'une crise d'hypoglycémie se produit généralement de manière soudaine.

Ils se manifestent par une faiblesse grave, des palpitations, des maux de tête, de la transpiration, une sensation de forte faim et parfois de l'excitation. Dans les cas plus graves, l'excitation peut être remplacée par une perte de conscience avec le développement du coma.

En hypoglycémie chronique sont notés:

  • apathie
  • déclin mental,
  • faiblesse
  • impuissance.

Une complication des conditions hypoglycémiques est le développement du coma (dans les cas graves).

Qu'est-ce qu'un hyperinsulinisme dangereux?

Dangereusement présenté état de ses complications, qui peuvent être divisés en début et en fin.La première catégorie comprend ceux qui se forment dans les heures qui suivent l'attaque, à savoir:

  • un coup
  • infarctus du myocarde,
  • une forte augmentation du métabolisme du muscle cardiaque et du cerveau,
  • dans les situations les plus difficiles, il se forme un coma hypoglycémique.

Les complications tardives associées à l'hyperinsulinémie se développent quelques mois, voire quelques années après le début de la maladie. Ils se caractérisent par un certain nombre de symptômes critiques, à savoir: altération de la fonction de la mémoire et de la parole, parkinsonisme, encéphalopathie (altération de la fonction cérébrale).

L'absence de diagnostic et de traitement de la pathologie provoque une aggravation du pancréas et la formation de diabète, ainsi qu'un syndrome métabolique et une obésité.

La forme congénitale de l'hyperinsulinisme provoque dans 30% des cas une forme chronique d'hypoxie cérébrale, ainsi qu'une aggravation du développement mental à part entière des enfants. Ainsi, l’hyperinsulinisme est une maladie semant les complications et les conséquences critiques.

Symptômes de la maladie

L'attaque commence par une amélioration de l'appétit, de la transpiration et de la faiblesse, ainsi que par une tachycardie et une faim sévère. Ensuite, rejoignez certains états de panique: peur, anxiété, irritabilité et tremblement dans la région des membres. Avec le développement d'une crise d'hyperinsulinémie identifié:

  • désorientation dans l'espace
  • diplopie (division d'objets visibles),
  • paresthésie (engourdissement, fourmillements) dans la région des extrémités, jusqu'à l'apparition de convulsions.

En l'absence de traitement, une perte de conscience et même un coma hypoglycémique peuvent survenir. L'intervalle entre les attaques est associé à une aggravation de la mémoire, à une instabilité émotionnelle, à une apathie et à d'autres symptômes désagréables. Dans le contexte des repas fréquents, saturés de glucides faciles à digérer, une augmentation du poids corporel et même de l'obésité se développe.

La glycémie nerveuse peut-elle augmenter et quel est l'effet du stress sur le diabète?

Les experts identifient trois degrés de symptômes de l'hyperinsulinisme, qui dépendent de la sévérité du cours: légère, modérée et sévère. Le plus léger est associé à l'absence de manifestations dans la période comprise entre les attaques et la lésion organique du cortex cérébral. L'aggravation de la maladie apparaît moins d'une fois par mois. Il est rapidement arrêté par la drogue ou les aliments sucrés.

Avec une gravité modérée, les crises se forment plus d'une fois par mois, une perte de fonctions visuelles et un coma sont possibles. La période entre les attaques se manifeste par des troubles du comportement, tels que l'oubli ou une diminution de la pensée. Sévère se développe à la suite de changements irréversibles dans le cortex cérébral. Les attaques se produisent assez souvent et se terminent par une perte de conscience. Dans l'intervalle entre les attaques, le patient perd son orientation dans l'espace, sa mémoire est aggravée et ses tremblements des extrémités sont identifiés. La caractéristique est un changement d'humeur et un haut degré d'irritabilité. Compte tenu de tout cela, il est nécessaire de comprendre plus en détail les causes, le traitement et le diagnostic de la maladie.

Les causes

La forme congénitale est due à des anomalies de développement du fœtus, dues au retard de développement du fœtus. Une maladie héréditaire peut se développer avec des mutations dans le génome. Les raisons de l'apparition chez l'homme de la forme acquise de la maladie sont divisées en:

  • pancréatique, ce qui entraîne la formation d'une hyperinsulinémie absolue,
  • non pancréatique, provoquant une augmentation relative de l'insuline,
  • la forme pancréatique survient dans les néoplasmes malins ou bénins, ainsi que dans l'hyperplasie des cellules bêta du pancréas.

Une forme d'hyperinsulinisme non pancréatique chez les enfants et les adultes peut se développer en raison de troubles de l'alimentation (jeûne prolongé, diarrhée et autres), de lésions du foie (oncologie, cirrhose, hépatite graisseuse). Répondant à la question de savoir pourquoi la pathologie s'est développée, faites attention à l'utilisation incontrôlée de noms réducteurs du sucre, de certaines pathologies endocriniennes. Par exemple, myxedema, la maladie d'Addison ou le nanisme hypophysaire.

L'absence d'enzymes impliquées dans les processus du métabolisme du glucose (phosphorylase hépatique, insulinase rénale, glucose-6-phosphatase) est un autre facteur.

Traitement et nutrition

Dans le cas d'une hyperinsulinémie d'origine organique, un traitement chirurgical est réalisé: ablation partielle du pancréas ou pancreathectomie totale, énucléation de la tumeur. Le volume d’opérations associé à la localisation et à la taille des tumeurs. Après l'intervention, une hyperglycémie transitoire est diagnostiquée, nécessitant un ajustement médical et un régime avec un taux réduit de glucides.

Comment le diabète affecte-t-il l'activité chez l'homme?

La normalisation des indicateurs de l'hyperinsulisme est identifiée un mois après la chirurgie. Dans les tumeurs inopérables, un traitement palliatif visant à prévenir l'hypoglycémie est effectué. La chimiothérapie est indiquée pour les tumeurs malignes.

L'hyperinsulinisme fonctionnel ou congénital nécessite avant tout un traitement de la maladie sous-jacente ayant provoqué une augmentation de la production d'insuline. Faites attention au fait que:

  • on recommandait aux patients une alimentation équilibrée avec une diminution constante de la quantité de glucides (100 à 150 grammes par jour),
  • la préférence est donnée aux glucides complexes (pains de seigle, pâtes de blé dur, céréales complètes, noix),
  • les repas doivent être fractionnés (cinq à six fois par jour). En raison du fait que les attaques périodiques provoquent le développement d’états de panique chez les patients, la consultation d’un psychologue est recommandée.
  • en cas d'attaque d'hypoglycémie, des glucides hautement digestibles (thé sucré, bonbons, pain blanc) sont recommandés.

En l'absence de conscience chez un adulte ou un enfant, une injection intraveineuse de solution de glucose à 40% est présentée. Avec des convulsions et une agitation psychomotrice évidente, des tranquillisants et des sédatifs sont introduits. Le traitement des épisodes d'hyperinsulinisme graves avec formation de coma est effectué en réanimation avec thérapie par perfusion obligatoire. A également recommandé l'introduction de glucocorticoïdes et d'adrénaline. Il est conseillé de maintenir un régime alimentaire constant contre l'insulinémie.

Traitement de la maladie

Le traitement dépend des caractéristiques de l'évolution de la maladie, il est donc différent pendant les périodes d'exacerbation et de rémission. Pour le soulagement des crises, l'utilisation de médicaments est nécessaire, et le reste du temps, il suffit de suivre un régime et de traiter la pathologie sous-jacente (diabète).

Aide à l'exacerbation:

  • manger des glucides ou boire de l'eau douce, du thé,
  • injecter la solution de glucose pour stabiliser la situation (quantité maximale - 100 ml / 1 fois),
  • quand le coma se produit, vous devez effectuer du glucose par voie intraveineuse,
  • en l'absence d'améliorations, une injection d'adrénaline ou de glucagon devrait être administrée,
  • appliquer des tranquillisants pour les convulsions.

Les patients gravement malades doivent être hospitalisés et traités sous la surveillance d'un médecin. En cas de lésion organique de la glande, une résection d'organe et une intervention chirurgicale peuvent être nécessaires.

Le régime alimentaire pour l'hyperinsulinémie est choisi en fonction de la gravité de la maladie. Les attaques fréquentes et difficiles à arrêter incluent la présence d'une quantité accrue de glucides dans l'alimentation quotidienne (jusqu'à 450 g). La consommation d'aliments gras et protéinés en même temps doit être maintenue dans les limites de la normale.

Au cours de l'évolution normale de la maladie, la quantité maximale de glucides provenant des aliments ne devrait pas dépasser 150 g par jour.Les sucreries, les confiseries et l'alcool devraient être exclus du régime.

Vidéo de l'expert:

Pour réduire les manifestations de l'hyperinsulinémie, il est important de contrôler en permanence l'évolution du diabète et de suivre les recommandations principales:

  • manger fractionné et équilibré
  • vérifiez constamment le niveau de glycémie, ajustez-le si nécessaire,
  • observer le régime d'alcool requis,
  • mener une vie saine et active.

Si la production excessive d’insuline est le résultat d’une maladie spécifique, la prévention du développement des crises épileptiques est alors réduite au traitement de la pathologie, qui constitue la principale raison de leur apparition.

Dans l'hyperinsulinémie, il faut comprendre une maladie qui se manifeste par une augmentation du taux d'insuline dans le sang. Cette pathologie peut provoquer une augmentation du taux de sucre et une condition préalable au développement du diabète. Avec cette maladie est étroitement liée et une autre - polykystique, qui est accompagnée par un dysfonctionnement ou une perturbation dans le travail:

  • les ovaires,
  • cortex surrénalien
  • pancréas,
  • l'hypophyse,
  • hypothalamus.

En outre, il existe une production excessive d'insuline avec des œstrogènes et des androgènes. Tous ces symptômes et signes indiquent qu'une hyperinsulinémie est sur le point de commencer dans le corps du patient.

Au tout début des problèmes de santé, un syndrome métabolique commence à se développer, caractérisé par des modifications du taux de sucre dans le sang humain. Cette condition est observée après avoir mangé, lorsque le taux de glucose augmente et provoque une hyperglycémie, ce qui peut être le début de l'apparition d'une maladie telle que l'hyperinsulinémie.

Quelque temps après avoir mangé, cet indicateur diminue fortement et provoque une hypoglycémie. Syndrome métabolique similaire est le début du développement du diabète. Dans ce cas, le pancréas commence à surproduire l'insuline et est donc épuisé, ce qui entraîne une déficience de cette hormone dans l'organisme.

Si le niveau d'insuline augmente, un gain de poids se produit, ce qui entraîne divers degrés d'obésité. En règle générale, la couche graisseuse est augmentée dans la région de la taille et de l'abdomen, ce qui indique une hyperinsulinémie.

Bien que les causes de cette maladie soient connues et que les symptômes soient difficiles à ignorer, on les trouve encore dans le monde moderne.

Qu'est-ce que l'hyperinsulinémie et en quoi est-ce dangereux?

De nombreuses maladies qui surviennent de manière chronique précèdent souvent l’apparition du diabète.

Par exemple, l'hyperinsulinémie chez les enfants et les adultes est rarement détectée, mais indique la production excessive d'une hormone pouvant entraîner une chute du taux de sucre, une privation d'oxygène et un dysfonctionnement de tous les systèmes internes. L'absence de mesures thérapeutiques visant à supprimer la production d'insuline peut conduire au développement d'un diabète non contrôlé.

Traitement moderne de l'hyperinsulinisme

L'hyperinsulinisme est une hyperproduction endogène d'insuline et une augmentation de son contenu dans le sang. Ce terme combine divers syndromes survenant avec le complexe de symptômes hypoglycémiques.

Il convient de distinguer deux formes d'hyperinsulinisme: organique et fonctionnel. L'hyperinsulinisme organique est provoqué par des tumeurs productrices d'insuline des îlots du pancréas. L'hyperinsulinisme fonctionnel se produit sous l'action de divers stimuli nutritionnels et s'accompagne d'un développement d'hypoglycémie après un certain temps après un repas.

Il faut garder à l'esprit qu'une hypoglycémie peut survenir dans des conditions pathologiques, souvent caractérisées par une sensibilité accrue des tissus à l'insuline ou par une insuffisance d'hormones contrainsulaires.

L'hypoglycémie complique le cours de certaines maladies endocriniennes (panhypogaggutarisme, maladie d'Addison, hypothyroïdie, thyrotoxicose, etc.), ainsi que de nombreuses maladies somatiques (hépatite chronique, hépatite chronique, dégénérescence grasse du foie, insuffisance rénale chronique).

Le principal lien pathogénique dans le développement de la maladie est une augmentation de la sécrétion d’insuline, qui entraîne la survenue d’attaques hypoglycémiques. Les symptômes de l'hypoglycémie sont causés par une altération de l'homéostasie énergétique. Les systèmes nerveux central et autonome sont les plus sensibles à une diminution de la concentration de glucose dans le sang.

La violation des processus énergétiques avec l'apparition de symptômes cliniques due à un apport insuffisant en glucose se produit généralement lorsque la concentration dans le sang est inférieure à 2,5 mmol / l.

Manifestations cliniques

L'hypoglycémie profonde provoque le développement de réactions pathologiques du système nerveux central, du système nerveux autonome et du système endocrinien, qui sont mises en œuvre dans les dysfonctionnements multiples des systèmes et des organes. Le rôle prédominant est joué par les troubles neuropsychiatriques et le coma.

Les parties du cerveau phylogénétiquement jeunes sont les plus sensibles à la privation d'énergie et, par conséquent, une violation des fonctions corticales supérieures se produit surtout. Déjà, lorsque la glycémie diminue à la limite inférieure de la norme, des violations de la sphère intellectuelle et comportementale peuvent apparaître: diminution de la capacité de concentration et des troubles de la mémoire, irritabilité et anxiété mentale, somnolence et apathie, maux de tête et vertiges.

L'apparition de certains symptômes et leur sévérité dépendent dans une certaine mesure des traits de caractère d'une personne, l'organisation constitutionnelle du système nerveux central.
Au début du syndrome hypoglycémique, d'autres symptômes associés à une altération du système nerveux autonome, à une sensation de faim, à un vide dans l'estomac, à une diminution de l'acuité visuelle, à des frissons et à une sensation de tremblement interne peuvent survenir.

Des réactions psychopathologiques et des troubles neurologiques apparaissent: la stupeur et la désorientation rappellent, il y a un tremblement de la main, une paresthésie des lèvres, une diplopie, une anisocorie, une transpiration, une hyperémie ou une pâleur de la peau, une augmentation des réflexes tendineux, des contractions musculaires.

Une aggravation de l'hypoglycémie entraîne une perte de conscience, des crises se développent (tonique et clonique, trismisme), une dépression des réflexes tendineux, des symptômes d'automatisme buccal apparaissent, avec respiration superficielle, hypothermie, atonie musculaire, absence de réaction des pupilles à la lumière. La durée des attaques est différente. Cela varie de quelques minutes à plusieurs heures.

Les patients peuvent indépendamment se retirer d'une crise d'hypoglycémie en raison de l'incorporation de mécanismes compensatoires endogènes compensatoires, dont le principal est l'augmentation de la production de catécholamine, entraînant une augmentation de la glycogénolyse dans le foie et les muscles et, par conséquent, une hyperglycémie compensatoire. Souvent, les patients eux-mêmes ressentent l'approche d'une attaque et prennent du sucre ou une autre écriture riche en glucides.

En raison de la nécessité de consommer fréquemment de grandes quantités d'aliments glucidiques, les patients grossissent rapidement et sont souvent obèses. Des épisodes d’hypoglycémie répétés et une longue durée de la maladie peuvent entraîner de graves troubles neuropsychiatriques. Ces patients sont souvent traités par des psychiatres avant que le diagnostic ne soit établi.

Les causes de l'hyperinsulinisme

Les causes de la maladie sont:

  • Les tumeurs bénignes et malignes qui se produisent dans les îlots de Langerhans.
  • Maladies du système nerveux central.
  • Hyperplasie tumorale ou diffuse du pancréas.
  • En surpoids.
  • Les premières étapes du diabète.
  • Dommages causés aux organes du système endocrinien (hypophyse, hypothalamus).
  • Troubles métaboliques.
  • Causes non pancréatiques - maladies de l'estomac, du foie, de la vésicule biliaire.
  • Utilisation insuffisante et teneur en sucre dans le sang.
  • Jeûne prolongé (anorexie, sténose pylorique).
  • Perte rapide de glucides due à la fièvre ou à des travaux physiques pénibles.

Hyperinsulinémie - les principaux symptômes:

  • Faiblesse
  • Douleur articulaire
  • Vertige
  • Bouche sèche
  • Peau sèche
  • Somnolence
  • Douleur musculaire
  • Apathie
  • Soif intense
  • Vision réduite
  • L'obésité
  • Léthargie
  • L'apparition de vergetures
  • Perturbation du tractus gastro-intestinal
  • Assombrissement de la peau

L'hyperinsulinémie est un syndrome clinique caractérisé par une élévation de l'insuline et une hypoglycémie. Un tel processus pathologique peut entraîner non seulement une perturbation de certains systèmes corporels, mais également un coma hypoglycémique, qui constitue en soi un danger particulier pour la vie humaine.

La forme congénitale de l’hyperinsulinémie est très rare, alors que la forme acquise est diagnostiquée le plus souvent en âge. Il est également noté que les femmes sont plus susceptibles à cette maladie.

Le tableau clinique de ce syndrome clinique est plutôt non spécifique et, par conséquent, le médecin peut utiliser des méthodes de recherche en laboratoire et des méthodes de recherche instrumentales pour un diagnostic précis. Dans certains cas, vous aurez peut-être besoin d'un diagnostic différentiel.

Le traitement de l'hyperinsulinimisme repose sur la prise de médicaments, d'un régime alimentaire et de l'exercice. Mener des activités thérapeutiques à sa discrétion est strictement interdit.

L'hyperinsulinémie peut être due aux facteurs étiologiques suivants:

  • diminution de la sensibilité des récepteurs à l'insuline ou de leur nombre,
  • formation excessive d'insuline à la suite de certains processus pathologiques dans le corps,
  • violation du transfert de molécules de glucose
  • des défaillances dans la transmission du signal dans le système cellulaire.

Les facteurs prédisposant au développement d'un tel processus pathologique sont les suivants:

  • prédisposition génétique à ces maladies,
  • l'obésité
  • médicaments hormonaux et autres médicaments "lourds",
  • hypertension artérielle
  • la ménopause,
  • en présence du syndrome des ovaires polykystiques,
  • âge avancé
  • la présence de mauvaises habitudes comme le tabagisme et l'alcoolisme,
  • faible activité physique
  • histoire de l'athérosclérose,
  • mauvaise nutrition.

Dans certains cas, ce qui est assez rare, les causes de l'hyperinsulinémie ne peuvent être établies.

Symptomatologie

Aux premiers stades de développement, les symptômes de ce processus pathologique sont presque totalement absents, ce qui retarde le diagnostic et amorce le traitement.

Lorsque le syndrome clinique s'aggrave, les symptômes suivants peuvent être présents:

  • soif constante, mais bouche sèche,
  • l'obésité abdominale, c'est-à-dire que la graisse s'accumule dans l'abdomen et les cuisses,
  • vertige
  • douleur musculaire
  • faiblesse, léthargie, état apathique,
  • somnolence
  • assombrissement et sécheresse de la peau,
  • troubles du tractus gastro-intestinal,
  • vision floue
  • douleurs articulaires
  • éducation sur l'abdomen et les jambes vergetures.

Étant donné que les symptômes de ce syndrome clinique sont plutôt non spécifiques, il est nécessaire de contacter un médecin généraliste / pédiatre dès que possible pour une consultation primaire.

Qu'est-ce qu'une maladie insidieuse dangereuse?

Chaque maladie en l'absence d'un traitement approprié entraîne des complications. L'hyperinsulinisme peut être non seulement aigu, mais également chronique, et il est beaucoup plus difficile de résister à cette résistance. Les maladies chroniques ternissent l'activité cérébrale et affectent l'état psychosomatique du patient, tandis que la puissance des hommes s'aggrave, ce qui engendre une grande stérilité.L’hyperinsulinisme congénital dans 30% des cas entraîne une privation d’oxygène du cerveau en oxygène et affecte l’utilité du développement de l’enfant. Il existe une liste d'autres facteurs à prendre en compte:

  • La maladie affecte le fonctionnement de tous les organes et systèmes.
  • L'hyperinsulinisme peut déclencher le diabète.
  • Il y a une augmentation constante du poids avec les conséquences qui en découlent.
  • Le risque de coma hypoglycémique augmente.
  • Développer des problèmes avec le système cardiovasculaire.
Retour à la table des matières

Régime avec hyperinsulinisme

S'il existe une tendance à l'apparition de diabète ou d'autres problèmes associés aux processus métaboliques dans le corps, il est plus facile de modifier le mode de vie que d'en atténuer les conséquences. Il convient de rappeler que de telles maladies ne passent pas sans laisser de traces et laissent toujours des traces. Chez certains patients, le traitement dure toute la vie. Cela inclut la pharmacothérapie et les restrictions alimentaires strictes.

Pensez-vous toujours qu'il est impossible de guérir le diabète?

À en juger par le fait que vous lisez ces lignes à présent, la victoire dans la lutte contre l'hyperglycémie n'est pas de votre côté.

Et vous avez déjà pensé au traitement hospitalier? Cela est compréhensible, car le diabète est une maladie très dangereuse qui, si elle est retardée, peut entraîner la mort. Soif constante, mictions fréquentes, vision floue. Tous ces symptômes vous sont familiers.

Mais peut-être est-il plus correct de traiter non pas l'effet, mais la cause? Nous vous recommandons de lire l'article sur les méthodes modernes de traitement du diabète. Lire l'article >>

Comment donner les premiers secours

Étant proche d'une personne qui a connu une forte libération d'insuline dans le sang, le principal est de ne pas paniquer. Pour soulager l'état du patient, supprimez les principaux symptômes d'une attaque, vous devez lui donner un bonbon sucré, verser du thé sucré. Si vous perdez conscience, injectez du glucose en urgence.

Une fois que l'état de santé s'est amélioré et qu'il n'y aura plus de signes évidents de répétition, le patient devra être immédiatement conduit à l'hôpital ou faire appel à des spécialistes à la maison. Sans attention, un tel phénomène ne peut pas être laissé, une personne a besoin d'un traitement, peut-être même d'une hospitalisation urgente, cela doit être compris.

Immédiatement après le diagnostic correct, le médecin prescrit un traitement médicamenteux, mais ceci s’applique aux formes les plus bénignes de pathologie. Le plus souvent, la procédure est réduite à une intervention chirurgicale, la tumeur est enlevée ou avec elle une certaine partie du pancréas. Après la prescription rétablit la fonctionnalité du pancréas et d'autres organes, des médicaments.

Si un hyperinsulinisme fonctionnel est observé, le traitement se concentre initialement sur l'élimination des pathologies provoquantes et la réduction de ces symptômes.

Dans le traitement de la pathologie de la forme fonctionnelle de la maladie, la gravité de la maladie, la possibilité de complications dans le travail d'autres organes, la complexité du traitement sont prises en compte. Tout cela conduit au fait que l'on recommande aux patients une diète spéciale, qui ne peut en aucun cas être rompue. Les aliments dans l'hyperinsulinisme doivent être strictement équilibrés, riches en glucides complexes. L'apport alimentaire s'étend à 5-6 fois par jour.

Apparition et symptômes

Cette maladie est plus fréquente chez les femmes et survient entre 26 et 55 ans. Les attaques d'hypoglycémie se manifestent généralement le matin après un jeûne assez long. La maladie peut être fonctionnelle et se manifester au même moment de la journée, toutefois, après l'ingestion de glucides.

Un jeûne prolongé peut non seulement provoquer un hyperinsulinisme. Un autre facteur important dans la manifestation de la maladie pourrait bien être divers efforts physiques et expériences mentales. Chez la femme, les symptômes répétés de la maladie ne peuvent apparaître que pendant la période prémenstruelle.

L'hyperinsulinisme présente les symptômes suivants:

  • faim continue
  • transpiration excessive
  • faiblesse générale
  • tachycardie
  • pâleur
  • paresthésie
  • diplopie,
  • un sentiment de peur inexplicable
  • excitation mentale
  • tremblement des mains et tremblements des membres,
  • actions non motivées
  • dysarthrie.

Cependant, ces symptômes sont initiaux et si vous ne les traitez pas et continuez à ignorer davantage la maladie, les conséquences pourraient être plus graves.

Hyperinsulinisme absolu se manifeste par les symptômes suivants:

  • perte de conscience soudaine
  • coma avec hypothermie,
  • coma avec hyporéflexie,
  • convulsions toniques
  • convulsions cliniques.

Ces attaques surviennent généralement après une perte de conscience soudaine.

Avant l'apparition d'une attaque, les symptômes suivants apparaissent:

  • efficacité de la mémoire réduite
  • instabilité émotionnelle
  • complète indifférence aux autres,
  • perte de compétences familières
  • paresthésie
  • symptômes d'insuffisance pyramidale
  • réflexes pathologiques.

Comment identifier la pathologie?

Le diagnostic de l'hyperinsulinémie est légèrement compliqué par le manque de spécificité des symptômes et par le fait qu'ils peuvent ne pas apparaître immédiatement. Pour identifier cette condition, les méthodes d'enquête suivantes sont utilisées:

  • détermination du niveau d'hormones dans le sang (insuline, hormones hypophysaires et thyroïdiennes),
  • IRM de l'hypophyse avec un agent de contraste permettant d'éliminer une tumeur
  • Échographie des organes abdominaux, en particulier du pancréas,
  • Échographie des organes pelviens chez la femme (pour établir ou exclure des pathologies gynécologiques concomitantes pouvant être à l'origine d'une augmentation de l'insuline dans le sang),
  • surveillance de la pression artérielle (y compris la surveillance quotidienne avec un moniteur Holter),
  • surveillance régulière de la glycémie (à jeun et sous charge).

Vidéos connexes

Qu'est-ce que l'hyperinsulinisme et comment se débarrasser du sentiment constant de faim, vous pouvez trouver cette vidéo:

Vous pouvez dire à propos de l'hyperinsulinisme, une maladie qui peut entraîner de graves complications. Il se produit sous la forme d'hypoglycémie. En fait, cette maladie est l'exact opposé du diabète sucré, car elle entraîne une faible production d'insuline ou son absence totale et, avec l'hyperinsulinisme - accru ou absolu. Fondamentalement, ce diagnostic est fait de la population féminine.

  • Élimine les causes des troubles de pression
  • Normalise la pression dans les 10 minutes suivant l'ingestion.