Causes de crise hypertensive, symptômes, signes, diagnostic, complications et conséquences possibles

  • Accueil
  • Grossesse et accouchement
    • La planification
    • La grossesse
    • Accouchement
    • Après l'accouchement
    • L'allaitement
  • Les enfants
    • Jusqu'à un an
    • 1 à 3
    • 3 à 7
    • Plus de 7
    • La santé
  • La santé
    • Médecine
    • Mode de vie sain
    • Les régimes
  • Beauté
  • Maison
    • Le logement
    • Ménage
    • Maison d'été
    • La cuisine
  • Voyage
    • Voyageurs

Tout ce que vous devez savoir

Le domaine de la médecine qui étudie l'oeil, son anatomie, sa physiologie

La science de la structure et de la fonction des glandes endocrines

Étude sur les maladies du système reproducteur féminin

Une vaste section de médecine qui étudie le système cardiovasculaire humain

Développement de l'enfant jusqu'à un an pendant des mois, santé, soins

Le moment le plus étonnant, le temps de la découverte, de la croissance

Développement de l'enfant, articles sur le sujet, stades de développement de l'enfant

Que doit apprendre le bébé, quels sont les principaux indicateurs de développement

Tout sur le confort de la maison: réparation, design d'intérieur, meubles, feng shui

Descriptions des cuisines du monde et des recettes

Tout sur ce qui pousse, fleurit et porte des fruits

Le ménage ne consiste pas seulement à nettoyer, laver, repasser et cuisiner. Créer du confort et du confort

Sur le processus de préparation d'un couple marié à la conception d'un enfant en bonne santé

Calendrier de grossesse, tests, nutrition, éducation physique

Comment se déroule la naissance - ce qu'une femme enceinte a besoin de savoir sur l'accouchement

Oui, la vie change après la naissance du bébé, mais elle ne se termine pas

Portail pour toute la famille

De nombreux livres ont été écrits sur la période de la grossesse, une période très difficile dans la vie d’une femme, tant par des auteurs étrangers que par des domestiques. Ce n’est un secret pour personne que les informations contenues dans ces livres sont présentées seules (la grossesse et l’accouchement sont les mêmes phénomènes éternelles que la vie elle-même et il est tout simplement impossible de dire quelque chose de nouveau au niveau populaire), la différence réside soit dans les détails de la présentation de ces informations, soit dans la comment cette information est servie.

Nous construisons notre site de manière à ce qu’une femme qui attend un bébé soit enceinte, c’est-à-dire que la future mère accédant au site ait l’opportunité de comprendre ce qui se passe dans son corps pendant la grossesse, mois après mois, semaine après semaine. après une semaine ...

Comment se déroule la conception, ce qui se passe ensuite, comment grandit l’embryon, quels changements se produisent dans le corps de la mère, quels maux et à quel moment cela peut la gêner, comment traiter avec succès ces maux - la femme trouvera des réponses exhaustives à ces questions et à bien d’autres sur notre site Web.

Nous ne pouvions pas ignorer à la fois la période de l'accouchement et la période post-partum - dans de petites sections séparées, nous avons placé les informations les plus nécessaires, ainsi que des conseils qui aideront une femme à transférer plus facilement ces périodes. Nous espérons que tous les visiteurs de ce site n'auront pas de problèmes graves concernant leur propre santé et celle de leurs enfants. Notre site, que vous avez eu la patience de mener à bien, vous aidera à cela.

La grossesse est une condition excellente, qui nécessite une approche particulière et le contrôle de spécialistes. En ce qui concerne le médecin et son inscription, de nombreuses femmes enceintes ne savent même pas de quelles connaissances énormes ont besoin les futurs parents.

Nous avons pu rassembler pour vous sur une ressource les informations les plus nécessaires pour les futurs parents:

  • Planification de la grossesse, risques possibles.
  • Horaire et fréquence des visites chez le médecin.
  • Analyses nécessaires et leur interprétation.
  • Caractéristiques nutritionnelles de la future mère.
  • Prévention de maladies spécifiques (par exemple, varices, anémie, hémorroïdes, etc.).
  • Tout sur la naissance d'un partenaire, la nécessité de soutenir les femmes en travail à partir de la seconde moitié.

Vous trouverez ici des informations utiles sur les caractéristiques de prise en charge d'un nouveau-né, des informations sur les normes de développement physique et psychologique du bébé, sur le calendrier des vaccinations et leur importance.

Les conseils pratiques et les recommandations publiés sur les pages de notre site vous aideront à établir et à entretenir des relations avec votre conjoint après la naissance d'un enfant, car ce sont les premiers mois qui deviennent critiques pour de nombreux couples.

Les conséquences d'une crise hypertensive

Les patients sont intéressés par ce qui peut être une crise dangereuse? Le cerveau et les reins peuvent être endommagés sous haute pression. Les vaisseaux cérébraux se dilatent avec une forte augmentation de la pression artérielle, ce qui permet au liquide de pénétrer dans les tissus environnants et de provoquer un gonflement. Cela peut également conduire à une hémorragie cérébrale.

Dans les reins, une augmentation de la pression artérielle entraîne une perte de tissu et la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux rénaux. En raison d'une pression élevée, l'organe est gravement endommagé, ce qui entraîne une restriction aiguë de la fonction de filtrage des reins, appelée insuffisance rénale aiguë. Les défaillances aiguës et multiples de plusieurs organes doivent être traitées le plus tôt possible pour éviter des lésions à long terme.

En état d'hypertension, le cœur souffre également dans une large mesure. Si le cœur ne peut pas pomper suffisamment de sang contre la pression dans le système vasculaire, cela provoque une insuffisance ventriculaire gauche. La condition peut également causer une douleur thoracique et un infarctus du myocarde. La pression a un effet polyvalent sur le patient.

Une pression élevée non traitée peut entraîner diverses complications lors d'un traitement prolongé. Les patients souffrent du système cardiovasculaire, de la vascularisation du cerveau et des reins. D'autres maladies, telles que le diabète, sont souvent associées à une hypertension artérielle.

De plus, une pression élevée entraîne une charge constante sur le CCC. Cela augmente le ventricule gauche, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque.

L'augmentation de la pression artérielle contribue également à la formation de plaques (athérosclérose) dans les vaisseaux coronaires et dans d'autres parties du corps. Des symptômes tels qu'une angine de poitrine ou une crise cardiaque peuvent en résulter. L'augmentation de la pression artérielle est considérée comme un facteur de risque de développement d'une maladie coronarienne, caractérisée par un rétrécissement des vaisseaux coronaires. L'artériosclérose peut entraîner des problèmes circulatoires dans les jambes. Les médicaments hypertensifs augmentent également le risque de dilatation de la paroi aortique (anévrisme), ce qui peut ultérieurement éclater et provoquer un saignement mettant la vie en danger.

Athérosclérose

Le cerveau souffre souvent des complications d'une crise hypertensive: l'hypertension artérielle est le facteur de risque le plus important pour le développement d'un accident vasculaire cérébral. Chez les personnes de plus de 65 ans, près de 70% des accidents vasculaires cérébraux résultent de l'hypertension.

Les complications résultant de l'hypertension artérielle affectent également les reins. Les patients peuvent développer une maladie rénale (sténose artérielle) ou une insuffisance rénale. L'hypertension artérielle est la cause la plus courante de néphropathie chronique progressive. L'hypertension artérielle endommage les petits vaisseaux des reins. En conséquence, diverses parties des reins meurent. La fonction rénale générale diminue. Les dommages aux reins dus à l'hypertension artérielle constituent la troisième raison commune pour laquelle les personnes ont besoin de dialyse (lavage de sang).

Comment prévenir les complications

Des procédures médicales complètes et rapides visant à minimiser les dommages aux organes sont nécessaires pour sauver la vie du patient et réduire la gravité des complications.

Le choix des médicaments dépend des maladies préexistantes du patient et des organes endommagés par l'hypertension. Le traitement de diverses formes d'hypertension varie considérablement. Avant de prendre de la drogue, vous devez parler à votre médecin.

Thérapie de crise hypertensive

Dans l'hypertension, qui par définition n'endommage pas l'organe et ne provoque pas de troubles fonctionnels, la pression doit être lentement réduite à un niveau normal dans les 24 heures. Une diminution trop rapide de la pression artérielle peut entraîner une augmentation réflexe de la pression artérielle. Pour éviter cela, les médicaments sont administrés par voie orale. En règle générale, l'hospitalisation n'est pas nécessaire pour le traitement d'une crise hypertensive simple.

L'hypertension maligne est une maladie potentiellement mortelle dans laquelle une assistance est requise le plus tôt possible.Au premier plan du traitement, on observe une diminution rapide, mais contrôlée de la pression artérielle, avec l’injection directe de médicaments dans une veine dans la circulation sanguine. Une diminution immédiate de la pression artérielle est nécessaire pour éviter de nouveaux dommages aux organes.

Le traitement doit être commencé en dehors de la clinique par un médecin urgentiste. Après leur arrivée à l'hôpital, les patients doivent être étroitement surveillés.

Dans les 4 premières heures suivant une crise d’hypertension, les valeurs doivent être réduites de 20-25%, sans être inférieures à 180/100 mm RT. Art. Si la pression artérielle diminue trop rapidement, cela peut entraîner une diminution du débit sanguin vers le cerveau, les reins et le cœur. À l’avenir, la pression artérielle devrait être ramenée à 160/100 mm RT. Art., Si le patient est en bonne santé. Ce niveau devrait être maintenu pendant 12 à 24 heures. En plus des médicaments qui abaissent directement la pression artérielle, les patients reçoivent également des médicaments pour éliminer l’œdème.

Toute baisse soudaine de la pression artérielle peut provoquer une insuffisance cérébrale, coronaire ou rénale, voire une hypotension orthostatique dans l'hypertension. Chez les personnes âgées atteintes d'athérosclérose, ainsi que chez les patients atteints de maladies cérébrovasculaires, ces risques sont particulièrement importants.

Il est extrêmement important d’atteindre une diminution de la pression artérielle moyenne d’environ 25% en 15 à 30 minutes. Dans d'autres cas, une approche moins agressive est recommandée. Par exemple, la pression artérielle chez les personnes souffrant de complications cérébrales (saignements ou infarctus du myocarde) devrait diminuer progressivement en plusieurs heures, tandis que la pression diastolique ne devrait pas être inférieure à 100 mm Hg au départ. En outre, lors du traitement, il est important de prendre en compte les maladies sous-jacentes et les complications associées.

Auparavant, les médecins réduisaient rapidement la pression artérielle en utilisant l’administration parentérale de médicaments en cas de crise hypertensive. Mais aujourd'hui, il existe des médicaments par voie orale dont l'effet commence également très rapidement. Par conséquent, dans de nombreux cas, il est permis de commencer par un traitement oral. Le médicament idéal devrait avoir aussi peu d’effet sur le débit cardiaque et ne devrait pas conduire à une vasodilatation totale. Il devrait baisser la pression artérielle en fonction de la pression artérielle initiale. Cependant, ces conditions ne sont pas entièrement satisfaites avec les médicaments modernes.

La nifédipine est le médicament le plus couramment utilisé pour traiter l'hypertension. La nifédipine (de 3 à 20 mg) a entraîné une diminution rapide et fiable de la pression artérielle dans 98% des cas dans le cadre de 21 études en ouvert chez 459 patients souffrant d'hypertension grave.

Nifédipine

La nifédipine prise par voie orale est absorbée de différentes manières. Cela dépend beaucoup de la voie d'administration du médicament. Il semble que cela fonctionne mieux comme une capsule à libération prolongée. L'effet se produit généralement dans les 15-30 minutes.

Important! L'hypertension artérielle doit être traitée pour prévenir d'éventuelles complications et conditions. Avec une pression artérielle trop élevée, le risque de catastrophes cardiovasculaires (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque et autres) augmente.

Quand voir un docteur?

En règle générale, en cas de forte augmentation de la pression artérielle, il est impératif d’amener le patient à l’hôpital. Si le traitement ne commence pas à l'heure, le patient peut mourir. Par conséquent, dans cette situation, vous devez toujours appeler une ambulance ou vous rendre à un hôpital. Plus le traitement commence tôt, meilleures sont les chances de guérison complète du patient.

Le médecin doit évaluer rapidement l’état du patient et mesurer la pression artérielle. En plus de l'hypertension artérielle, le patient a également des maux de tête et une hyperémie de la peau. Les nausées et les vomissements peuvent également indiquer une maladie. Si vous vous sentez très étourdi, vous devriez également consulter un médecin.

Hyperémie

En outre, le patient peut également perdre conscience ou se faire mal. Des problèmes de vision soudains peuvent également indiquer une crise d'hypertension. En règle générale, vous devriez appeler un médecin d'urgence dès que possible.Si vous avez le médicament en main, vous pouvez le saisir avant l'arrivée de l'ambulance.

La prévention

Mieux vaut prévenir que traiter l'hypertension. Les patients sujets à l'hypertension doivent accorder une attention particulière au mode de vie. Les préparations à l'ail, le thé vert, le vin rouge modéré, le cacao et les acides gras oméga-3 aident également à maintenir des valeurs optimales de la pression artérielle. La nature fournit tout le nécessaire pour normaliser la pression artérielle.

Beaucoup de gens demandent combien ils vivent après la crise? Tout dépend des complications et de l'état du patient. En moyenne, les patients en crise compliquée décèdent dans les 10 ans.

En présence d'un cœur en bonne santé, le risque d'hypertension est négligeable. Si vous vous concentrez sur la prévention de la maladie à un stade précoce, une crise hypertensive ne se produira pas.

Oméga 3

Important! En cas de doute, il est recommandé de consulter un médecin. Pendant la période de rééducation, il est nécessaire de respecter scrupuleusement les recommandations du médecin. Il est à noter qu'une crise hypertensive ne disparaît pas d'elle-même.

Causes d'occurrence

La principale méthode de prévention d’une crise hypertensive consiste à supprimer efficacement ses causes, qu’il s’agisse de facteurs externes ou internes. L'augmentation du stress sur le corps peut provoquer des maladies des glandes surrénales et des reins, leurs vaisseaux, qui ont tendance à perdre leur élasticité avec l'âge.

Parmi les conditions préalables et les causes de l'apparition d'une crise hypertensive figurent:

  • Faible stabilité émotionnelle et psychologique, présence de névrose.
  • La présence de stress psychologique important qui provoque le stress.
  • Hérédité génétique.
  • Dysfonctionnement endocrinien.
  • Déséquilibre hormonal.
  • Rétention de liquides et de sels suite à une alimentation déséquilibrée.
  • Passion pour les mauvaises habitudes.
  • Changements brusques et constants de la pression atmosphérique.
  • Les maladies chroniques, leur exacerbation saisonnière.
  • Dysfonctionnement rénal.
  • Changement de médicaments en médicaments similaires sans consultation préalable d'un spécialiste.
  • Arthrose de la colonne cervicale.

Un ou plusieurs des facteurs d’occurrence énumérés peuvent survenir en fonction du signal dominant d’une certaine partie du système végétatif. À cet égard, crise hypertensive a une classification:

  1. Type hyperkinétique.

Il a tendance à se développer avec une efficacité accrue des départements sympathiques du système autonome. Un trait caractéristique est la présence de ce type chez les moins de trente ans, en particulier chez les hommes. Il a la propriété d’être accompagné d’une augmentation marquée de la pression artérielle, d’une excitation du système nerveux, d’une transpiration accrue du corps, d’une amélioration des performances cardiaques, accompagné d’un vertige intense, dans lequel la tête peut devenir très malade. Dans ce cas, les symptômes de ce type de pathologie sont souvent des membres tremblants, une douleur sourde dans la région de la poitrine.

Une rougeur caractéristique du visage peut apparaître, une personne ressent la sécheresse de la surface muqueuse de la cavité buccale.

Ce type de crise hypertensive entraîne des conséquences décevantes en raison de complications graves:

  • grave affaiblissement de la circulation sanguine dans le cerveau,
  • hémorragie interne au cerveau,
  • l'apparition d'infarctus du myocarde,
  • l'apparition d'œdème cérébral,
  • dysfonctionnement rénal
  • violation des organes de vision.

Ayant une série de problèmes similaires, de nombreux patients risquent à un jeune âge de subir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, ce qui peut entraîner la mort.

  1. Type hypocinétique.

Il a tendance à apparaître lentement et progressivement. Souvent, parmi les patients présentant le deuxième type de crise hypertensive, la majorité sont des femmes d'âge moyen. Un dysfonctionnement du fond hormonal, précédant la ménopause, peut y contribuer. Les premiers symptômes apparaissent à l’avance, quelques jours plus tard, jusqu’à la manifestation complète d’une crise hypertensive.Les symptômes incluent:

  • Manque de bien-être du patient, somnolence accrue.
  • Apathie et diminution du rythme de travail.
  • Vertiges persistants.
  • Douleur intense dans le lobe temporal et sur les côtés de la tête, la douleur peut éclater dans la nature.
  • La présence de nausée, l'apparition de vomissements, qui ne se termine pas par une amélioration supplémentaire du bien-être.
  • Déficience visuelle.
  • L'apparence de la pâleur, la peau sèche.

Ce type de crise hypertensive s'accompagne de l'apparition d'un gonflement suffisamment prononcé, résultant de la rétention de sels et de fluides dans le corps humain. À cette manifestation s’ajoute une diminution du rythme cardiaque et une augmentation du volume de sang pompé, ce qui crée des problèmes importants pour le cœur.

Si le patient a développé des maladies du ventricule gauche, cela peut conduire à un œdème pulmonaire, qui est également caractéristique du type de crise hypokinétique de crise hypertensive.

Des complications

Qu'est-ce qu'une crise hypertensive, quelles sont ses conséquences? Avec la progression, la pathologie a la capacité d'entrer dans le type eukinétique (convulsif ou cérébral). Il est typique qu'il se forme à la fois du premier et du second type de crise hypertensive. Un neurologue est impliqué dans une crise d'hypertension eukinétique. Ce type de pathologie entraîne une violation de la circulation sanguine. Dans ce contexte, les patients souffrent de crampes sévères. De plus, une approche spéciale est nécessaire non seulement pour la fourniture de soins médicaux, mais également pour le traitement ultérieur d'une crise hypertensive. Il est courant que le type eukinétique ait un effet sur le corps et entraîne de telles complications:

  • la survenue d'une crise cardiaque chez un patient,
  • progression des arythmies cardiaques,
  • risque d'accident vasculaire cérébral
  • complications rénales graves,
  • l'apparition d'œdèmes cérébraux et pulmonaires.

Lors de la construction du diagnostic, toutes les descriptions du bien-être du patient, de son âge et des indicateurs cliniques sont prises en compte. Ils sont ensuite comparés aux symptômes de l'hypertension inhérents à:

  • dysfonctionnement rénal,
  • perturbation endocrinienne,
  • la présence de lésions cérébrales traumatiques de gravité variable,
  • dystonie neurocirculatoire, montrant une sévérité prononcée des symptômes de la maladie,
  • tumeurs cérébrales en présence d'hypertension artérielle,
  • les résultats de l’utilisation de divers types de stupéfiants (LSD, cocaïne).

Une augmentation incontrôlée de la pression artérielle augmente le risque pour la vie du patient. La perturbation de la circulation sanguine dans le cerveau en présence d'un type compliqué de crise hypertensive entraîne des conséquences indésirables pour le patient, même dans la chair, avant sa mort. Selon les médecins, environ la moitié des patients présentant une complication de crise hypertensive risquent de mourir pendant plusieurs années en l'absence de soins et de traitements appropriés.

Après avoir découvert les causes de l'apparition d'une crise hypertensive chez un patient, les médecins appliquent le type de traitement qui correspond à la forme manifestée chez le patient. Cependant, cette situation est compliquée par la survenue inattendue d’une crise hypertensive et la réticence des proches ou des proches du patient à fournir les soins médicaux appropriés dès leur apparition.

Que faire si une personne a une crise d'hypertension? Il convient de se faire une idée de ses symptômes, qui ont tendance à se manifester à tous les stades du développement de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  • Augmentation incontrôlée de la pression artérielle.
  • Un mal de tête aigu dans la région de la tête pariétale et occipitale.
  • La présence de vertiges avec une diminution des capacités visuelles du patient.
  • Douleur dans la poitrine tout en accélérant le rythme cardiaque.
  • Respiration rapide due au manque d'oxygène dans le sang.
  • Nausées ou vomissements persistants sans amélioration supplémentaire du bien-être du patient.
  • Forte sensation de somnolence ou de perte de conscience.

Faire face aux conséquences

Après une crise hypertensive, de nombreux patients ont tendance à ressentir un certain nombre de symptômes désagréables, tels que maux de tête et vertiges, associés à l'influence de la pathologie sur le corps humain.

Ces sensations ont tendance à durer assez longtemps. Cependant, il y a toujours la possibilité de les surmonter, avec la possibilité de donner du tonus à votre corps.

Vertiges et maux de tête

Les vertiges et les maux de tête sont souvent les conséquences directes d’une crise hypertensive, accompagnés de déficiences visuelles périodiques, d’un assombrissement des yeux, d’une somnolence accrue et d’un dysfonctionnement de l’appareil vestibulaire.

Tout cela est associé aux processus naturels, à la restauration et à la restructuration du corps pour normaliser davantage la pression artérielle. Il doit s'habituer aux nouvelles fonctionnalités du travail. Pour vaincre les étourdissements et restaurer le corps, les médecins recommandent l’utilisation de médicaments et de médicaments traditionnels combinée à un régime alimentaire équilibré.

Les vertiges après une crise hypertensive surviennent à la suite d'une violation du flux uniforme de sang pénétrant dans le cerveau humain.

En raison d’augmentations fréquentes et brutales de la pression artérielle, les parois des vaisseaux en souffrent, un processus de violation de l’élasticité se produit et leur épaississement peut se produire. En cas de crise hypertensive, le corps ressent également un manque de nutriments qui contribuent à une activité adéquate. Cela peut affecter le bien-être, pas seulement sous la forme de vertiges. Il y a aussi la possibilité de perte de conscience ou d'évanouissement.

La détérioration du bien-être dans certains cas peut survenir à la suite d’une chute imprévue de la pression artérielle. En outre, le vertige a la propriété de se manifester si le patient est dans un état de calme et d'immobilité total ou s'il présente un léger mouvement de la tête. Le symptôme peut être aggravé même avec les yeux fermés, avec un rythme de marche accéléré, de légers mouvements inclinés, après un changement brutal de la position du corps, une assise prolongée, pendant le sommeil.

Un certain nombre de facteurs peuvent affecter les complications après une crise hypertensive, tels qu'une augmentation de la fréquence et de la force du vertige:

  • changement des conditions météorologiques,
  • changement de zones climatiques,
  • troubles hormonaux,
  • instabilité émotionnelle
  • détérioration de la santé physique d'une personne,
  • l'utilisation de boissons contenant de la caféine et d'autres stimulants naturels (Coca-Cola, thé vert, énergie),
  • fumer et l'alcool.

Les experts insistent sur un traitement supplémentaire après une crise hypertensive visant à rétablir la circulation sanguine et à maintenir le tonus vasculaire. Ce n'est qu'avec le strict respect des recommandations médicales que le patient peut se débarrasser des vertiges prolongés et fréquents.

Le traitement de la toxicomanie après une crise hypertensive vise principalement à prévenir la cause de son apparition. L'utilisation à temps des médicaments contribue au rétablissement rapide du patient.

Les médecins disent que les vertiges associés aux conséquences d’une crise hypertensive et de ses manifestations sévères sont souvent exacerbés par la présence de l’athérosclérose. Pour prévenir une détérioration du bien-être du patient, le médecin peut vous prescrire des médicaments liés aux diurétiques, aux inhibiteurs de l'ECA et aux antispasmodiques.

En outre, la méthode la plus élémentaire de prévention des maux de tête et des vertiges est l’utilisation d’un timbre spécial pour l’hypertension, qui comprend un certain nombre d’herbes médicinales, des médicaments écrasés au point de pouvoir pénétrer dans les vaisseaux sanguins par la peau et dans le corps en raison de la circulation sanguine naturelle.

Les principales actions du patch aident à éliminer les principaux signes de vertige, contribuent à une meilleure absorption des médicaments antihypertenseurs. Les effets positifs du médicament comprennent également l'amélioration des performances cérébrales, l'amélioration du tonus et de l'élasticité vasculaires et le soulagement de la fatigue. Cependant, il convient de garder à l’esprit que, avec l’utilisation excessive du patch, les vertiges et les maux de tête graves peuvent s’intensifier.

Les méthodes de traitement par les méthodes de médecine traditionnelle comprennent principalement la réception du bouillon d'églantier, l'utilisation de jus de fruits fraîchement pressés à partir d'une variété de fruits et légumes.

La tête tourne-t-elle après le traitement d'une crise hypertensive? Cela ne peut qu’indiquer que le traitement fourni n’est pas suffisant et qu’il devrait être prolongé pour éliminer complètement les symptômes désagréables, et ce, même si la pression peut se normaliser. La poursuite du traitement nécessite que le patient soit complètement calme, à la fois interne et externe. Protégez-vous de tous les facteurs externes gênants. Essayez de rester au repos le plus souvent possible, aérez plus souvent la pièce et respirez le plus souvent possible avec de l'air frais qui enrichit le sang en oxygène. Si vous avez toujours mal à la tête après cela, contactez votre médecin.

En cas d'anxiété accrue et d'activité patiente, les médecins recommandent l'utilisation de sédatifs. N'hésitez pas à consulter un médecin à plusieurs reprises si votre état de santé empire.

Un traitement complet prescrit par un médecin est obligatoire. Une attitude imprudente à l’égard des prescriptions des spécialistes est un moyen direct de récurrence fréquente des crises. Une condition physique médiocre et une mauvaise santé sont des indicateurs de processus pathologiques, qui ont tendance à s'aggraver au moment le plus inattendu.

Méthodes préventives

Les méthodes préventives visant à prévenir l’apparition d’une crise hypertensive visent souvent à éliminer les principales causes de la maladie, en particulier si le patient a déjà souffert d’hypertension artérielle. Les méthodes de prévention comprennent:

  • Respect du régime du jour (travail, repos, nourriture).
  • Utilisation régulière de médicaments contribuant à la normalisation optimale de la pression artérielle.
  • Exclusion du régime alimentaire des aliments contenant du sel et des graisses animales.
  • Prévention du développement de l'arthrose de la colonne cervicale et d'autres maladies qui affectent le processus correct de la circulation sanguine.
  • Exercices de thérapie par l'exercice, l'utilisation de massages thérapeutiques.
  • Traitement hospitalier périodique.
  • L'utilisation de sédatifs.
  • Traitement dans des sanatoriums ou des complexes de sanatorium.
  • Cesser de mauvaises habitudes comme fumer et boire de l'alcool.

L'hypertension a tendance à apparaître assez rapidement et de manière inattendue, ce qui implique qu'il est assez difficile d'empêcher le développement de la maladie.

Cela dépend entièrement du mode de vie de la personne elle-même. La consultation et l’examen en temps opportun par un médecin aideront complètement une personne à prévenir l’apparition d’une crise hypertensive.

Les sources d’information suivantes ont été utilisées pour préparer le matériel.

Les raisons provoquant une crise hypertensive

Comme le montre la pratique, une crise peut survenir à la fois dans le contexte d’une hypertension artérielle et d’un bien-être apparemment total. Les facteurs provoquants de ce processus sont:

  • retrait abusif d'antihypertenseurs,
  • utilisation inappropriée d'un traitement hypertenseur,
  • dépendance à l'alcool
  • conséquences d'une lésion cérébrale traumatique,
  • athérosclérose de l'aorte,
  • glomérulonéphrite,
  • diabète sucré
  • lupus érythémateux,
  • La maladie d'Itsenko-Cushing,
  • toxicomanie
  • périartérite nodeuse.

Toutes ces maladies ne sont pas des facteurs de provocation indépendants.L’impulsion est le stress, l’hypothermie régulière, une mauvaise alimentation, l’abus d’alcool, le tabagisme, un effort physique excessif, des perturbations hormonales. Il convient également de rappeler que les patients ne peuvent pas toujours souffrir d'hypertension. Il existe un grand nombre de cas où certains médicaments donnent une impulsion provocante.

Les statistiques sur les personnes en crise sont indicatives. Le plus souvent, cette maladie se manifeste chez les hommes que chez les femmes. Chez les femmes, cette affection est enregistrée de 50 à 60 ans, lors de la ménopause.

Manifestations cliniques, types de crise

Afin de fournir correctement les premiers soins à une personne, vous devez connaître non seulement les symptômes d'une crise hypertensive, mais également ses types.

Étant donné qu’à un âge avancé, une personne souffre de nombreuses maladies chroniques et de graves modifications du système cardiovasculaire, une personne ne reçoit pas toujours de traitement professionnel, mais prend des médicaments seule, il est difficile de prévoir les conséquences d’une crise hypertensive.

Les médecins distinguent deux types de crise:

  1. Sympatho-surrénal. Ses causes sont la surmenage nerveuse, la surexcitation. Le plus souvent, ce problème se manifeste chez les jeunes qui ont un horaire du jour irrationnel, qui négligent un repos adéquat. Une caractéristique de cette espèce est la rapidité de développement. Chez les patients, la pression artérielle augmente instantanément, le pouls s'accélère, la transpiration apparaît et une pulsation se fait entendre dans la tête.
  2. Avec le type hypokhénique, le développement se fait lentement et n'est pas toujours perceptible pour le patient. Les gens ne font pas attention aux principaux précurseurs: le mal de tête de plus de deux jours, les nausées, la léthargie et les déficiences visuelles. Une crise hypokénique hypokénique se produit avec des conséquences entraînant très souvent des complications.

Nous verrons comment reconnaître une crise hypertensive chez une personne. Il se manifeste clairement, a un tableau clinique prononcé. Parmi les principaux symptômes sont les suivants:

  • une forte augmentation de la pression artérielle,
  • ma tête commence à faire mal
  • des vertiges et des nausées apparaissent
  • la faiblesse se pose dans le corps,
  • le sentiment de peur grandit et s'intensifie constamment,
  • il y a de la douleur dans la région du coeur,
  • tachycardie
  • le patient ne peut pas respirer profondément
  • transpiration des extrémités, frissons, essoufflement,
  • difficile pour beaucoup de se déplacer en temps de crise,
  • dans des cas isolés, il y a des convulsions,
  • confusion de la conscience jusqu'à sa perte complète.

N'attendez pas une image clinique éclatante du patient, les premiers soins doivent être instaurés dès que la tête tombe malade et qu'un vertige apparaît.

Règles pour les premiers secours

Le traitement et la minimisation des conséquences négatives dépendent directement de l'assistance fournie au patient avant l'arrivée de l'équipe médicale. La séquence des actions de toute personne devrait être la suivante:

  1. Appelez "ambulance".
  2. Pour asseoir le patient, demandez-lui de se calmer. Dans une situation de crise et de panique croissante, il est extrêmement important pour le patient de préciser que l'aide lui sera immédiatement apportée. La normalisation de la pression artérielle dépendra de la rapidité avec laquelle il se repose.
  3. Pour forcer une personne à respirer correctement: l'inspiration doit être profonde et l'expiration lente et longue.
  4. Appliquez un coussin chauffant froid pendant 10 à 15 minutes sur la tête si le patient a des vertiges après une crise hypertensive.
  5. Pour détacher les boutons du patient, en comprimant la poitrine, la gorge.
  6. Donnez au patient un médicament hypotenseur qu'il a pris jusqu'à maintenant, en attendant l'arrivée de l'équipe d'ambulance.
  7. Mettez une pilule «Corvaltapa», «Validol» sous la langue, si ce médicament n’est pas disponible.
  8. Servir des gouttes liquides, telles que Corvalol, Agripaume ou Valériane.
  9. Une fois que l'attaque commence à reculer, le patient commence à avoir des frissons graves.Pour réduire ses manifestations, il est nécessaire d'envelopper une personne avec une couverture chaude ou de mettre un coussin chauffant.

Il est important de se rappeler! Si le patient a une pression très basse ou augmente fortement, vous devez alors l'emmener rapidement à l'hôpital, car tout retard peut coûter la vie d'une personne.

Soins médicaux hospitaliers

Les patients peuvent être traités à l'hôpital ou en ambulatoire, tout dépend du bien-être général et de la présence d'autres maladies chroniques. Pour prévenir les complications et normaliser la pression après une crise hypertensive, les médecins utilisent les groupes de médicaments suivants:

  • diurétiques
  • vasodilatateurs,
  • bêta-bloquants
  • antagonistes du calcium
  • en cas de forte tension nerveuse, on utilise des sentiments de peur, une attaque de panique, des antidépresseurs, des sédatifs, des relaxants.

Une question raisonnable se pose: que faire après une crise hypertensive? Le médecin traitant devrait donner une réponse claire à cette question. C’est une erreur de penser qu’un seul traitement à l’hôpital peut prévenir des crises hypertensives à l’avenir. Il convient de développer un système clair de mesures préventives pour minimiser ces conditions.

Conséquences et Complications

Étant donné que la tension artérielle peut fortement augmenter à tout âge, les conséquences des crises hypertensives différées seront différentes.

Les femmes pendant les perturbations hormonales - ménopause, post-partum, puberté - rencontrent assez souvent de telles manifestations. Aussi, n'oubliez pas que c'est le beau sexe qui est très actif pour faire face aux situations stressantes et aux expériences vécues. Si une femme a subi une HA, les conséquences peuvent alors être les suivantes:

  • œdème cérébral,
  • œdème pulmonaire,
  • perte partielle ou totale de la vision, de l'audition,
  • coup
  • encéphalopathie
  • angine de poitrine
  • après une crise hypertensive, beaucoup de femmes sont étourdies pendant une longue période,
  • insuffisance cardiaque.

Il est extrêmement important que ces patients fournissent des soins médicaux dès les premières heures de l’attaque, car tout retard peut entraîner la mort. Les hommes sont également sujets à l’HA, alors que la force du stress est plus élevée. Par conséquent, parmi les complications, on peut citer:

  • lésions rétiniennes
  • perte de vision partielle ou complète,
  • coup
  • processus pathologiques dans le système cardiovasculaire,
  • choc cardiogénique
  • angine de poitrine
  • parésie
  • paralysie
  • issue fatale.

Pendant la grossesse, de nombreuses femmes subissent les effets de l'hypertension. Si de telles conditions apparaissent fréquemment, cela peut devenir une menace pour la vie d'une enfant enceinte ou à naître. Les femmes enceintes doivent réagir de manière adéquate aux maux de tête fréquents, à un essoufflement, à des vomissements et consulter un médecin. Dans le cas du développement de HA, les conséquences suivantes peuvent apparaître:

  • hypoxie fœtale,
  • troubles pathologiques dans le développement du fœtus,
  • malformations cardiaques
  • coup
  • insuffisance rénale
  • œdème pulmonaire,
  • micro coups.

Les conséquences de la crise de l'hypertension chez les personnes âgées sont plus graves. Après une forte augmentation de pression, les patients peuvent ressentir et éprouver:

  • douleur thoracique au coeur,
  • vertige
  • nausée, vomissements,
  • anxiété fréquente, excitation, surexcitation,
  • mains tremblantes
  • rougeur du visage
  • transpiration.

Ils peuvent être très divers jusqu'à une issue fatale.

Symptômes et signes d'une crise hypertensive

La principale manifestation d'une crise hypertensive est une augmentation soudaine et brutale de la pression artérielle, qui s'accompagne d'une détérioration importante de la circulation cérébrale et rénale, entraînant une augmentation significative du risque de complications cardiovasculaires graves (accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde, hémorragie méningée, exfoliation de l'aorte anortique, œdème pulmonaire, œdème pulmonaire aigu, insuffisance rénale aiguë insuffisance ventriculaire gauche aiguë avec œdème pulmonaire, insuffisance coronaire aiguë, etc.).

Le développement d'une crise hypertensive s'accompagne des symptômes suivants:

  • excitation nerveuse
  • anxiété
  • anxiété
  • fréquence cardiaque
  • sensation de manque d'air, "tremblement interne"
  • sueurs froides
  • Peau d'oie
  • tremblement des mains,
  • rougeur du visage.

En raison d'une circulation sanguine cérébrale altérée, des vertiges, des nausées, des vomissements et des problèmes de vision se produisent.

La symptomatologie des crises hypertensives est très diverse, mais le symptôme le plus souvent observé aux premiers stades du développement des crises est un mal de tête, qui peut être accompagné de nausées, de vomissements, d'acouphènes et de vertiges. Habituellement, les maux de tête s’intensifient avec les mouvements de la tête, les éternuements et les selles. En outre, il peut s'accompagner de photophobie et de douleurs oculaires lors de leurs mouvements.

G.F. Lang a distingué les types suivants de céphalées d'hypertension et de crises hypertensives:

  • céphalée atypique associée à une névrose, à la base de l'apparition de l'hypertension,
  • une céphalée typique de nature paroxystique, pulsante, parfois sourde ou oppressante,
  • mal de tête observé dans l'hypertension maligne.

Les maux de tête typiques accompagnés d'hypertension surviennent généralement la nuit ou le matin et se situent principalement dans les zones frontale, temporale ou occipitale. Un tel mal de tête est associé à des lésions vasculaires - une entorse à l'intérieur - et à des artères extracrâniennes. violation de l'écoulement veineux et étirement des veines, ainsi que le niveau de pression du liquide céphalo-rachidien.

Dans le cas de l'évolution maligne de l'hypertension, des maux de tête se développent en raison d'une augmentation significative de la pression artérielle et intracrânienne, d'un œdème cérébral et s'accompagnent de nausées, de troubles visuels.

Un autre symptôme fréquent des crises hypertensives est le vertige - sensation de rotation apparente des objets environnants.

Il existe deux types de vertiges associés à l’hypertension:

  • vertiges qui se produisent ou s'aggravent lorsque la position de la tête change,
  • le vertige, qui apparaît quelle que soit la position de la tête et ne s'accompagne pas d'une sensation de mouvement.

La cause du vertige, accompagnée d'une sensation de mouvement, est la dystonie de l'artère vertébrale.

Les vertiges, qui ne s'accompagnent pas d'une sensation de mouvement, sont associés à une dystonie de l'artère carotide.

Les troubles neurologiques (troubles du système nerveux), observés lors de crises hypertensives, sont en grande partie déterminés par le stade de l'hypertension.

Au premier stade de l'hypertension, le syndrome névrotique est le plus souvent observé, moins souvent - le syndrome diencéphalique (sinon - le syndrome hypothalamique, caractérisé par des troubles endocriniens, auto-vasculaires, métaboliques et autres).

Au stade II, les dysfonctionnements de l'hypothalamus sont prédominants.

Le syndrome hypothalamique est particulièrement souvent observé lors de la ménopause chez les femmes souffrant d’hypertension de stade II.

Il convient de noter qu’au stade II de l’hypertension, des troubles focaux discirculatoires (troubles cérébrovasculaires transitoires) se produisent également.

Les crises hypertensives se caractérisent par une apparition soudaine et peuvent durer plusieurs jours. Les symptômes d’une crise apparaissent au bout de quelques minutes ou de 1 à 3 heures.L’augmentation de la pression artérielle chez différents patients est de nature individuelle, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre un niveau différent. La dispersion des indicateurs chez différents patients est assez large - de 130/90 à 240/120 - et est largement déterminée par le niveau initial de pression artérielle. Dans les cas où le patient a constamment un faible niveau de pression, même une légère augmentation de pression peut provoquer le développement d'une crise hypertensive.

Causes de l'hypertension

La survenue d’une crise hypertensive peut être due à une situation de stress et à une activité physique intense, qui provoque un battement de coeur et une pression accrue.

Généralement, une crise hypertensive se produit dans un contexte d’hypertension chronique, quand une personne malade prend des drogues de façon irrégulière pour réduire la tension artérielle, modifie elle-même sa posologie ou abuse du café, de l’alcool et du sel.

Que peut provoquer l'hypertension?

  1. Lésions cérébrales traumatiques.
  2. Maladies chroniques (athérosclérose aortique, diabète, lupus, périartérite noueuse, maladie rénale).

Bien entendu, une crise ne survient pas toujours pour les raisons susmentionnées. Souvent, le stress ou l'hypothermie, une activité physique intense ou l'utilisation de médicaments hormonaux, de brusques changements climatiques ou une défaillance hormonale y contribuent.

Selon les observations, les personnes âgées sont principalement touchées par la crise hypertensive, en particulier le sexe fort à partir de cinquante-cinq ans.

Causes d'une crise hypertensive

Les crises hypertensives se produisent à n'importe quel stade de l'hypertension, y compris l'hypertension artérielle symptomatique (secondaire). Parfois, une crise hypertensive se développe même chez une personne en bonne santé. Cependant, le plus souvent, les crises hypertensives surviennent aux derniers stades de l'hypertension compliquée par l'athérosclérose.

Les crises hypertensives répétées, leur récurrence régulière dans certains cas sont le résultat d'un traitement irrégulier. En outre, le stress, l’utilisation de grandes quantités de café et / ou de boissons alcoolisées, la consommation excessive de sel, l’arrêt du traitement hypotenseur, l’impact des changements météorologiques, les troubles hormonaux, ainsi que certaines maladies du cerveau, et les reins.

Les complications d'une crise hypertensive peuvent être un œdème pulmonaire et un œdème cérébral.

Les crises hypertensives sur fond d'athérosclérose, qui se développent chez les patients âgés, sont généralement graves et prolongées. Ces crises surviennent généralement de manière soudaine, accompagnées de troubles transitoires de la circulation cérébrale et d'une forte augmentation de la pression artérielle.

La crise en arrière-plan de l’athérosclérose se caractérise par une perception accrue d’irritations visuelles et auditives, de rougeurs de la tête, de vertiges, de nausées, de vomissements, de bruits et de bourdonnements dans la tête et les oreilles, un assombrissement des yeux.

Parfois, un mal de tête peut être accompagné d'une tension des artères temporales, d'une douleur aux yeux et d'une sensation douloureuse lors de leur mouvement, de la photophobie. En outre, on observe souvent des symptômes tels que stupidité, augmentation de la somnolence, agitation psychomotrice, rougeur ou pâleur du visage, frissons, miction excessive et parfois perte de conscience à court terme.

Les crises hypertensives avec des manifestations locales dans le contexte de l'athérosclérose sont souvent associées à une altération de la circulation sanguine dans les vaisseaux du cortex cérébral et du tronc cérébral. Les manifestations de troubles neurologiques dans ce cas sont un engourdissement, une sensation de picotement dans certaines zones de la peau du visage, des membres, des doigts, parfois des troubles psychomoteurs, des vertiges, une diplopie (vision double), une diminution de l’acuité visuelle, des "mouches" vacillantes devant les yeux, des étincelles, etc. Il existe également une violation des réflexes tendineux, etc., des saignements de nez, parfois importants, des vomissements sanglants.

Classifications des crises hypertensives

Il existe plusieurs classifications des crises hypertensives pour différentes raisons: mécanisme d’augmentation de la pression artérielle au cours du développement d’une crise, sévérité des complications, manifestations cliniques, etc. Cependant, il est important de rappeler que, quel que soit le type de crise hypertensive, le patient a besoin de soins médicaux d’urgence.

Crises hyperkinétiques, hypokinétiques et eukinétiques. En fonction des caractéristiques du mécanisme d’augmentation de la pression artérielle, on distingue plusieurs types de crises hypertensives: hyperkinétique, hypokinétique et eukinétique. La différence entre ces types de crise est de savoir si la libération de sang par le cœur augmente ou si la résistance des vaisseaux périphériques augmente, ou les deux se produisent simultanément.

À crises hyperkinétiques une augmentation du débit cardiaque est observée avec une résistance normale ou réduite des vaisseaux périphériques (augmentation de la pression systolique).

Les crises hyperkinétiques se développent aux premiers stades de l’hypertension (I - II), généralement rapidement et sans détérioration préalable marquée du bien-être du patient. Soudain, il se produit un mal de tête aigu, qui peut être palpitant et, dans certains cas, accompagné de scintillements de "mouches" devant les yeux. Dans certains cas, le patient se sent nauséeux, parfois des vomissements se produisent.

Le développement de la crise s'accompagne d'excitation nerveuse du patient, d'une sensation de tremblement et de chaleur dans tout le corps, d'une transpiration accrue, de palpitations. Souvent, la peau devient humide, on observe l'apparition de taches rouges. Le pouls s'accélère (ceci peut être accompagné d'une douleur au coeur et d'une accélération du rythme cardiaque).

Dans le contexte d’une augmentation marquée de la pression artérielle systolique, la pression diastolique augmente modérément, d’environ 30 à 40 mm RT. Art., Entraînant une augmentation de la pression différentielle. Les violations du cœur peuvent être détectées à l'aide d'un électrocardiogramme.

Les crises hyperkinétiques se caractérisent par un développement rapide et une évolution brève - de quelques minutes à plusieurs heures. Une crise de ce type peut se développer avec l’hypertension et avec certaines formes d’hypertension secondaire. Les complications graves après les crises hyperkinétiques se développent assez rarement.

À crises hypocinétiques il y a une diminution du débit cardiaque et une forte augmentation de la résistance des vaisseaux périphériques (c’est-à-dire que la pression diastolique augmente).

Les crises hypocinétiques surviennent généralement chez les patients souffrant d’hypertension pendant une longue période (stades I à III de la maladie). Les manifestations de la crise se développent progressivement. Il peut y avoir une déficience visuelle et auditive. Le pouls reste normal ou sa diminution est observée (bradycardie). Généralement, la pression artérielle diastolique augmente.

En cas de crise de type hypokinétique, l'électrocardiogramme montre généralement des perturbations plus prononcées qu'en cas de crise hyperkinétique.

Ce type de crise augmente le risque de développer un AVC ischémique.

Crises eukinétiques caractérisé par des indicateurs normaux du débit cardiaque et une résistance accrue des vaisseaux périphériques (c’est-à-dire une augmentation de la pression systolique et diastolique).

En règle générale, les crises eukinétiques se produisent chez des patients souffrant d'hypertension artérielle aux stades II à III, dans le contexte d'une augmentation significative de la pression artérielle et de certaines formes d'hypertension symptomatique (secondaire).

Une crise de ce type se développe relativement rapidement avec une pression artérielle initialement élevée, mais son évolution n'est pas violente, contrairement aux crises hyperkinétiques.

Crises simples et compliquées. En fonction de la présence de lésions sur les organes cibles qui accompagnent la crise, les crises hypertensives sont divisées en non compliquées et en complications.

Crises simples en règle générale, ils peuvent se développer dans les premiers stades de l'hypertension. Dans ce cas, il y a une augmentation soudaine et significative de la pression artérielle, mais il n'y a aucun signe évident de lésion des organes cibles.

Dans une crise simple, une difficulté temporaire du flux sanguin cérébral, un certain nombre de troubles neurovasculaires, ainsi que des troubles hormonaux (par exemple, une libération importante d'adrénaline) peuvent survenir. Les symptômes d’une crise hypertensive non compliquée sont déterminés par des manifestations associées à une forte augmentation de la pression, ainsi qu’à une violation du flux sanguin cérébral.

Habituellement, une crise hypertensive sans complications débute par une soudaine céphalée sévère, souvent accompagnée de vertiges, de nausées, de vomissements et de troubles de la vision. En outre, des symptômes tels que l'excitation nerveuse, l'anxiété, la fièvre et la transpiration excessive, alternant avec une sensation de froid et de tremblement aux extrémités, une sensation de manque d'air, un essoufflement, parfois une douleur au cœur, l'apparition de taches rouges sur la peau, en particulier sur le visage, le cou et les mains, augmentation de la fréquence cardiaque, une forte augmentation de la pression artérielle, en particulier systolique (supérieure).

Les manifestations typiques d’une crise hypertensive sans complications sont une sensation de tremblement interne, de sueur froide et de frissons.

Les crises hypertensives non compliquées se développent généralement rapidement et durent peu de temps (généralement 2 à 3 heures) et peuvent être facilement résolues à l'aide de médicaments antihypertenseurs. Cependant, malgré l’absence de complications dans les organes cibles, la crise fait peser une certaine menace sur la vie du patient. L’hypertension artérielle doit donc être réduite en quelques heures.

Crises hypertensives compliquées plus typique pour les derniers stades de l'hypertension (II - III).

Les troubles vasculaires graves sont les plus fréquents dans les crises hypertensives complexes, les plus fréquents étant l'encéphalopathie hypertensive (hypertensive).

Le principal danger de l'encéphalopathie hypertensive réside dans ses complications: accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson, baisse de l'intelligence, etc. angine de poitrine, arythmies cardiaques, lésions vasculaires, crise ischémique transitoire, etc.

Le développement de crises hypertensives compliquées se produit généralement de manière progressive et peut durer plusieurs jours. Les premières manifestations de ces crises sont le plus souvent une somnolence accrue, une sensation de lourdeur dans la tête et des bourdonnements dans les oreilles. Les symptômes suivants sont également observés: maux de tête sévères, vertiges, nausées, vomissements, fortes douleurs dans la région du cœur, déficience visuelle et auditive, léthargie, réaction lente, perte de conscience, essoufflement, suffocation, râles humides dans les poumons.

En position couchée, l'essoufflement peut être très fort, mais s'affaiblit dans une position semi-assise. La peau du patient en cas de crise hypertensive complexe devient froide et sèche et le visage acquiert une teinte bleu-rouge. Des changements prononcés du pouls ne sont le plus souvent pas observés. L'augmentation de la pression liée à une crise compliquée est généralement moins forte et moins nette qu'avec une crise hypertensive sans complications.

Les crises compliquées constituent une menace pour la vie du patient et nécessitent une réduction immédiate de la pression artérielle. Les crises hypertensives complexes se caractérisent par le fait qu’elles se développent progressivement et que les symptômes persistent pendant plusieurs jours, parfois après une baisse de la pression artérielle.

Il existe plusieurs types de crises hypertensives compliquées selon la cible principale de la lésion: cérébrale (les principales complications affectent le cerveau), coronaire (artères coronaires (coronaires) touchées) et asthmatique (troubles du ventricule gauche du cœur).

Cérébrale crise hypertensive peut provoquer le développement d'un accident vasculaire cérébral aigu - encéphalopathie hypertensive, accident vasculaire cérébral transitoire, accidents vasculaires cérébraux.

La crise cérébrale hypertensive avec syndrome de diencephalic est caractérisée par une instabilité émotionnelle (instabilité) et une augmentation du débit urinaire.

La crise cérébrale hypertensive avec syndrome hypothalamique est caractérisée par la présence chez les patients d'une prédisposition à la récurrence de la névrose, associée à un dysfonctionnement de l'hypothalamus. Les patients souffrant d'hypertension de stade II et présentant des signes de dysfonctionnement de l'hypothalamus sont très sensibles aux changements des conditions météorologiques.

Le principal facteur météorologique ayant un effet marqué sur ces patients est le changement de pression barométrique dans le sens de sa diminution. En règle générale, chez ces patients, une crise hypertensive améliore les dysfonctionnements existants de la fonction hypothalamus et contribue au dysfonctionnement des centres sous-corticaux. De plus, dans le contexte de crises hypertensives accompagnées de troubles hypothalamiques, se développent souvent des troubles circulatoires du tronc cérébral, dont les symptômes sont les suivants: vertiges, double vision transitoire, nystagmus, etc.

Coronaire crise hypertensive peut déclencher le développement de l'insuffisance coronaire aiguë, dont les manifestations sont l'asthme cardiaque ou l'oedème pulmonaire.

Crises neuro-végétatives, œdémateuses et convulsives. Les manifestations d'une crise neuro-végétative qui se développent assez rapidement sont associées à une libération importante de l'hormone adrénaline dans le sang, qui survient le plus souvent à cause du stress. Les symptômes d’une crise neurovégétative incluent: maux de tête lancinants, vertiges, nausées, parfois vomissements, sensation d’absence d’air, excitation nerveuse, anxiété, anxiété, hydratation de la peau, frissons, transpiration excessive, tremblements des mains, augmentation prédominante de la pression systolique (haute), éventuellement légère augmentation de la température. corps. En règle générale, une telle condition ne dépasse pas 1 à 5 heures et ne représente pas une menace accrue pour la vie du patient. Souvent, après une crise, on observe une miction abondante.

OedémateuxLa crise hypertensive est associée à un déséquilibre du système rénine-angiotensine-aldostérone, responsable du maintien d’un environnement interne constant, y compris d’une pression artérielle normale. De telles crises hypertensives se produisent souvent chez les femmes et résultent souvent de la consommation d'une grande quantité de liquide.

Les symptômes d’une crise œdémateuse sont un gonflement du visage et des mains, de graves maux de tête, des nausées, des vomissements, une faiblesse musculaire, une somnolence accrue, une léthargie, parfois une désorientation dans l’espace et le temps, des troubles de la vue et de l’ouïe. Ces manifestations peuvent persister plusieurs jours.

Convulsif crise hypertensive est rare et est l'une des variétés les plus dangereuses de crises. Parfois, une crise convulsive d'hypertension peut avoir pour conséquence une hémorragie cérébrale.
Les symptômes caractéristiques de ce type de crise, en plus des symptômes typiques de toutes les crises hypertensives, sont les convulsions et la perte de conscience.

Traitement et prévention des crises hypertensives, premiers secours

Comme indiqué précédemment, les crises hypertensives se développent généralement soudainement, souvent dans le cadre d'une satisfaction ou d'un bien-être satisfaisant du patient. Dans certains cas, il s’agit de la cessation indépendante de la prise des médicaments prescrits par le médecin, du mauvais style de vie qu’un patient hypertendu doit observer et qui conduit au développement d’une crise hypertensive.

Dès les premiers signes d'une crise débutante, il est important que le patient et ses proches ne soient pas perdus, mais prennent les mesures nécessaires dans les meilleurs délais.En plus des soins d'urgence, il est possible que le patient nécessite une hospitalisation immédiate, surtout si la crise est compliquée.

Avant que le médecin n'arrive, le patient doit être couché dans une position semi-assise, ce qui aidera à éviter les crises d'asthme ou à les affaiblir considérablement. Étant donné que les patients en crise hypertensive éprouvent généralement des sensations de tremblement et de frissons, il est nécessaire d'envelopper leurs pieds et leurs cuisses, de les chauffer au moyen d'un coussin chauffant, d'un bain de pieds chaud ou de mettre un emplâtre de moutarde sur la partie inférieure de leurs jambes. Le patient a besoin d'un apport d'air frais.

Il est important pour le patient de prendre immédiatement une dose extraordinaire d'un médicament hypotenseur prescrit par le médecin. La diminution de la pression artérielle ne doit pas être brutale: elle doit être réduite de 1 à 30 mm au bout d'une heure. Art. par rapport à l'original.

Avec un mal de tête aigu, il est recommandé au patient de prendre un comprimé de diurétique. Avec une douleur cardiaque intense, le patient peut prendre un comprimé de validol ou de nitroglycérine sous la langue. Cependant, il ne faut pas appliquer indépendamment de nouveaux médicaments que le patient n'a pas encore pris. Si des médicaments supplémentaires sont nécessaires, ils doivent être prescrits par un médecin.

En règle générale, les ambulanciers injectent des antihypertenseurs pour soulager rapidement les symptômes de la crise. Un traitement supplémentaire est prescrit par le médecin traitant ou à l'hôpital si le patient est hospitalisé.

Au cours d'une crise hypertensive, le patient a également besoin d'un soutien psychologique de la part de parents, car il ressent de l'anxiété, de l'anxiété et de la peur de la mort. Par conséquent, les membres de la famille devraient, sans céder à la panique, essayer de rassurer le patient en lui parlant de manière calme et amicale.

L'hospitalisation pour crise hypertensive n'est pas requise pour tous les patients. Habituellement, en cas de crise hypertensive sans complication, le soulagement des symptômes par injection intraveineuse de médicaments antihypertenseurs suivie d'un traitement ambulatoire est suffisant. L'hospitalisation est nécessaire pour les patients chez qui la crise s'est développée pour la première fois, indépendamment de la présence de complications, ainsi que pour les patients en situation de crise compliquée.

Dans un hôpital ou pendant un traitement ambulatoire, il convient de surveiller la tension artérielle et les symptômes indiquant des troubles du système nerveux. Il est très important d’interpréter correctement les plaintes et les symptômes, et non le niveau absolu de pression artérielle.

Avec une crise simple, l'effet est souvent donné en prenant 1-2 comprimés de captopril, etc.

En l'absence d'un effet thérapeutique prononcé de l'administration de ces médicaments, des injections de dibazole, d'obzidane, de clonidine, de nitroprussiate de sodium, de nimodipine, de furosémide, de sulfate de magnésium et de maléate d'énalapril sont injectées. Dans certains cas, la pentamine est prescrite.

La clonidine a un effet notable sur les crises hypertensives de tous types, réduisant la fréquence cardiaque, le débit cardiaque et la résistance vasculaire périphérique, et réduit efficacement la pression artérielle, en particulier dans les crises accompagnées de tachycardie. Pour l'injection intramusculaire ou intraveineuse, la clonidine est utilisée sous la forme d'une solution à 0,01% à une dose de 0,5 à 1 ml. L'effet antihypertenseur s'observe 3 à 5 minutes après l'injection intraveineuse et atteint son maximum après 15 à 30 minutes. Le médicament doit être administré lentement, en particulier en cas de crise hypokinétique, afin d’éviter un collapsus (c’est-à-dire une insuffisance vasculaire aiguë). Après l'injection, le patient doit rester au repos pendant 2 à 3 heures en position horizontale.

Il faut garder à l'esprit qu'avec une crise hypertensive, il ne faut pas chercher à ramener l'index artériel à la normale. Il suffit de le réduire à des indicateurs d'amélioration de sa santé.

Si les principales manifestations de la crise sont des symptômes cérébraux sans signes de troubles focaux, des injections intraveineuses de dropéridol peuvent être utilisées pour mettre fin à une telle crise.Ce médicament contribue à une amélioration rapide du bien-être et à une diminution modérée de la pression artérielle. Le dropéridol commence à agir en 2-4 minutes. Après 10-15 minutes, un effet notable est observé, mais souvent, l'effet du médicament est de courte durée (1 heure).

Afin d'améliorer et de consolider l'effet obtenu à la suite de l'utilisation de dropéridol, il est recommandé de prendre des diurétiques à l'intérieur en association avec d'autres antihypertenseurs. Les diurétiques éliminent également le gonflement.

Outre les médicaments dont l’action vise à faire baisser la pression artérielle, si nécessaire, le médecin prescrit des médicaments qui éliminent les troubles du système cardiovasculaire, etc., causés ou exacerbés par une crise hypertensive.

Étant donné que le développement de crises hypertensives indique souvent l’insuffisance du traitement, il est très probable qu’il sera nécessaire d’adapter le programme thérapeutique individuel.

Le patient doit non seulement prendre ses médicaments, mais aussi se conformer strictement aux recommandations du médecin concernant son mode de vie et son régime alimentaire. À l’avenir, lorsque la phase aiguë de la crise sera derrière nous, une activité physique réalisable est bien entendu recommandée, sans surcharge.

Pendant la période de récupération, vous devez abandonner complètement l'utilisation du sel de table et suivre un régime sans sel ou avec un peu de sel, en fumant et en buvant de l'alcool et, si possible, en évitant les situations stressantes.

Dans les crises d'hypertension hyperkinétique, les soins d'urgence commencent souvent par une injection intraveineuse de dibazole. Ce médicament a un effet antispasmodique et aide à réduire le débit cardiaque. L'effet hypotenseur du dibazole est modéré et parfois légèrement prononcé. Par conséquent, il doit être associé à d'autres médicaments.

En cas de crise de ce type, notamment accompagnée de tachycardie et d'arythmies cardiaques, l'utilisation de bêta-bloquants confère un effet positif notable.

Afin de mettre fin à la crise, des injections intraveineuses d’anapriline sont effectuées, qui sont injectées par jet. Une diminution de la pression artérielle survient quelques minutes après l'administration et l'effet maximum est observé après 30 minutes. À l'avenir, pour prévenir une nouvelle crise, l'anapriline est prescrite par voie orale à raison de 60 à 120 mg / jour.

Cependant, il convient de garder à l'esprit que les bêta-bloquants ne peuvent pas être utilisés pour l'asthme bronchique, la réduction du rythme cardiaque et la perturbation de la conduction auriculo-ventriculaire.

Si une crise hyperkinétique est accompagnée d'une excitation émotionnelle intense et d'une tachycardie, des injections intraveineuses ou intramusculaires d'une solution à 0,1% de racedil (1 ml) peuvent être utilisées comme agent d'arrêt. Ce médicament réduit la pression artérielle pendant 30 à 50 minutes et a également un effet sédatif prononcé (calmant). Parfois, il y a un léger effet hypnotique.

Pour le soulagement des crises hypokinétiques, les médicaments antihypertenseurs sont principalement utilisés, ce qui contribue à la diminution de la résistance des vaisseaux périphériques, de préférence également à un effet sédatif. En cas de crise hypocinétique, il est préférable d’administrer des antihypertenseurs par goutte à goutte, car cela permet de réduire la pression artérielle sans risque de collapsus (insuffisance vasculaire grave) et de mauvaise circulation.

Le dibazole est un moyen assez efficace de mettre fin à la crise d'hypokinétique. On utilise également une solution de chlorpromazine à 2,5%, administrée par voie intraveineuse par goutte à goutte à une vitesse de 15 à 30 gouttes par minute. L'aminazine aide à réduire l'excitabilité accrue des vaisseaux du centre moteur et l'élimination du stress psychoémotionnel, tout en neutralisant l'action des hormones adrénaline et noradrénaline.

Le médicament peut également être utilisé pour l'administration par jet intraveineux.Aminazine doit être administré très lentement par portions de 2-3 ml. Assurez-vous de mesurer la pression artérielle en revanche. Après l'administration du médicament, le patient doit rester au lit pendant 1 à 2 heures. L'effet antihypertenseur de la chlorpromazine apparaît pendant les premières minutes après l'administration et atteint son effet maximal au bout de 10 à 15 minutes.
Pour mettre fin à la crise eukinétique, il est également possible d’utiliser de la chlorpromazine et du dibazole.

Avant l'hospitalisation d'un patient, une solution de pentamine à 5% peut être injectée lentement par voie intraveineuse, en surveillant en permanence la pression artérielle. Cependant, l’administration intraveineuse de pentamine par injection peut provoquer le développement d’un état collaptoïde. Dans ce cas, vous devrez entrer de la caféine ou de la mésatone.

Lors de l'arrêt d'une crise hypertensive compliquée d'asthme cardiaque et d'éveil général, les médecins utilisent généralement une combinaison d'inhibiteurs ganglionnaires avec du dropéridol, qui aide à éliminer l'excitation et renforce l'effet hypotenseur des inhibiteurs ganglionnaires.

Les brigades spécialisées en tant que médicaments antihypertenseurs à action rapide peuvent utiliser l’arfonad pour la préparation de stade pré-hospitalier, qui est administré par voie intraveineuse. L'action de ce médicament se développe dans les 3 minutes, mais s'arrête rapidement, 10 à 25 minutes après la fin de la perfusion.

Le soulagement des crises hypertensives compliquées par une insuffisance coronaire aiguë est réalisé avec l'utilisation simultanée de médicaments contre la douleur.

Si la crise hypertensive est compliquée par une violation aiguë de la circulation cérébrale, des agents hypotenseurs sont d'abord utilisés. De plus, une injection intramusculaire d'une solution à 25% de sulfate de magnésium (10 ml) et d'une solution intraveineuse à 2,4% d'aminophylline (10 ml pour 20 ml d'une solution de glucose à 20-40%) est réalisée. En outre, une thérapie spéciale est nécessaire, qui doit être effectuée par des neurologues qualifiés.

Le soulagement de la crise hypertensive par phéochromocytome est réalisé à l'aide de phentolamine ou de tropafen, médicaments du groupe des alpha-bloquants. Une solution à 0,5% de phentolamine (1 ml) ou une solution à 1-2% de tropafène (1-2 ml) est utilisée en injection intraveineuse ou intramusculaire. On peut également utiliser la chlorpromazine pour mettre fin à la crise hypertensive liée au phéochromocytome.

Il faut garder à l'esprit qu'avec une crise hypertensive, il ne faut pas chercher à ramener l'index artériel à la normale. Il suffit de le réduire à des indicateurs d'amélioration du bien-être du patient.

Les mesures préventives qui empêchent le développement de crises hypertensives sont similaires à la prévention de l'hypertension. Il est nécessaire de surveiller régulièrement la pression artérielle et d'effectuer le traitement de l'hypertension. Si des crises se produisent, il convient d’en clarifier les causes afin d’éviter davantage les facteurs provoquant le développement d’une crise.

Bien entendu, les principales recommandations de nature préventive sont un régime rationnel de travail et de repos, une alimentation adéquate dans le respect des restrictions nécessaires en cas d’hypertension, le rejet des mauvaises habitudes, l’absence de situations stressantes, leur prévention en temps voulu et leur élimination efficace.

En outre, dans le cadre de la prévention des crises hypertensives, le patient devrait également se conformer aux prescriptions du médecin concernant l'administration d'antihypertenseurs. Même en bonne santé, vous ne devez pas arrêter seul de prendre les médicaments prescrits par votre médecin, car cela peut donner une impulsion au développement d’une crise hypertensive.

Symptômes d'une crise hypertensive

Il est généralement admis que le principal critère de reconnaissance d’une maladie est une forte augmentation de la pression à 200 et au-dessus. Cependant, ce n'est pas toujours le bon indicateur.

Pour différentes personnes, il existe différents signes d'une condition critique. Tout dépend de la pression de travail du patient.Par exemple, si une personne se sent bien aux indicateurs 90/60, la note 140/90 sera considérée comme essentielle pour elle, ce qui marquera le début d'une crise hypertensive.

Et inversement, si le patient se sent bien à une pression de 140/90, une augmentation des indicateurs à 160/110 et même à 170/120 ne lui causera pas de conséquences négatives.

Par conséquent, la combinaison des symptômes joue un rôle crucial dans la détermination de la crise hypertensive. Cela peut être:

- maux de tête et vertiges,

- nausée et faiblesse,

- un sentiment de panique et de peur,

- douleur cardiaque et tachycardie,

- transpiration ou frissons,

- crampes et mouvements limités,

- essoufflement et perte de conscience partielle.

Eventuellement, tous ces symptômes seront présents lors d'une crise hypertensive. Comment alors diagnostiquer cette condition?

Définition d'une crise hypertensive

Pour cela, il faut tout d'abord mesurer régulièrement la pression toutes les 15 minutes. Si une pression élevée est maintenue pendant une longue période (les indicateurs sont pris en compte en fonction de la pression de travail du patient), le patient a une crise hypertensive.

En outre, le diagnostic du pouls, la mesure de la température corporelle, l'écoute du cœur et des poumons et la réalisation d'un cardiogramme seront considérés comme des mesures de diagnostic importantes.

Oui, une crise hypertensive est une condition très dangereuse. Mais les complications d’une crise hypertensive ne sont pas considérées comme moins dangereuses. Selon les statistiques, plus de quarante pour cent des patients chez lesquels une crise hypertensive a été diagnostiquée sont décédés dans les trois prochaines années de ses effets.

Il est à noter que les types de crise hypertensive sont déterminés en fonction de ses complications. Parlons de cela plus en détail.

Complications possibles de la maladie

Les complications d’une crise hypertensive sont:

  1. Infarctus cérébral. La complication de crise la plus courante survient principalement chez 24% des patients.
  2. Œdème pulmonaire. Il est observé chez 22% des patients.
  3. Œdème cérébral. Il est noté chez 17% des patients.
  4. Insuffisance ventriculaire gauche aiguë. Il survient chez 14% des patients.
  5. Infarctus du myocarde. Il est observé chez 12% des patients.
  6. Éclampsie. Il est noté chez 4,6% des patients.

Les complications possibles d'une crise hypertensive incluent:

- hémorragies de formes diverses,

- une forme aiguë de rétinopathie,

Discutons-en plus en détail.

Complications communes

Les complications graves après une crise hypertensive concernent souvent le cerveau humain. Par exemple, infarctus cérébral ou accident vasculaire cérébral ischémique. Il s’agit d’un trouble circulatoire aigu résultant d’un blocage des artères cérébrales. Un œdème cérébral, dans lequel la sortie du liquide céphalo-rachidien est perturbée, et en raison d'une augmentation de son volume, la pression sur les tissus augmente.

Quels sont les signes d'autres complications courantes d'une crise hypertensive? L'œdème pulmonaire est une autre conséquence pathologique grave de cette maladie. Il se caractérise par une violation de la quantité et du débit de fluide intercellulaire, ainsi que par son accumulation abondante dans les poumons.

Quel est l'effet négatif d'une crise d'hypertension sur le cœur humain? Les complications de l'hypertension peuvent entraîner des pathologies dangereuses et graves, telles que l'insuffisance cardiaque et l'infarctus du myocarde. Le premier d'entre eux est causé par une violation du flux sanguin coronaire, au cours de laquelle le sang, sans pénétrer dans l'aorte, stagne dans le ventricule gauche, tandis que celui de droite est rempli à des limites inacceptables.

L’infarctus du myocarde est accompagné d’une nécrose de ce site due à un apport sanguin insuffisant.

Une complication tout aussi courante et dangereuse d’une crise hypertensive est l’éclampsie, qui se développe soudainement. Elle se manifeste pendant la grossesse ou l'accouchement et est causée par une pression artérielle extrêmement élevée, de sorte que la vie de la mère et du bébé est menacée.

Autres complications

Les complications possibles d'une crise hypertensive incluent une hémorragie sous la membrane arachnoïdienne du cerveau et une hémorragie intracérébrale. Le premier type de complication est le résultat d'une violation de la circulation cérébrale, au cours de laquelle le sang s'accumule sous la mince membrane arachnoïdienne du cerveau.

L'hémorragie intracérébrale est causée par la rupture des parois des vaisseaux cérébraux et par la pénétration de sang dans la substance du cerveau.

Les complications d'une crise hypertensive sont l'encéphalopathie et l'hémiparésie. L'encéphalopathie est une maladie cérébrale non inflammatoire caractérisée par des modifications dystrophiques du tissu cérébral, qui en viole la fonctionnalité. L'hémiparésie est accompagnée de lésions des neurones du cerveau et constitue une paralysie musculaire partielle.

Quels autres maux mortels une crise hypertensive implique-t-elle? Les complications rénales entraînent une diminution de la circulation sanguine en raison d'une crise d'hypertension. Cette condition affecte négativement le processus de filtrage. Des caillots sanguins se forment dans les capillaires et la miction s'arrête partiellement ou complètement. Le corps souffre d'intoxication, ce qui augmente le risque d'inflammation d'autres organes.

En outre, la crise peut avoir pour conséquence une insuffisance rénale aiguë, qui entraîne également une perturbation des processus de filtrage et de réabsorption. Eau perturbée, azote, électrolyte et autres types de métabolisme.

Une crise hypertensive provoque-t-elle des complications oculaires? Oui, du fait d'une hypertension aiguë, des maladies complexes et désagréables telles que la rétinopathie et l'amaurose peuvent survenir.

La rétinopathie est un processus inflammatoire de la rétine qui provoque des troubles circulatoires, pouvant entraîner une dégénérescence rétinienne et même la cécité. L'amaurose est également une lésion grave de la rétine, ainsi que du nerf optique, pouvant entraîner une cécité partielle ou absolue.

Comme vous pouvez le constater, les complications de la crise hypertensive touchent des organes très importants du corps humain, tels que le cœur, les poumons, les reins et les yeux. Ils peuvent entraîner de graves maladies chroniques ou des conséquences fatales irréparables.

Cependant, ne blâmez pas l'hypertension dans toutes les maladies complexes incurables. Il convient de rappeler que les complications d’une crise hypertensive ne comprennent pas les maladies cardiaques, rénales ou autres provoquées par des processus inflammatoires, car ces types de maux résultent de pathologies infectieuses et virales.

Nous avons donc découvert ce qui constitue une crise hypertensive et ses complications. La conclusion de ce qui précède est la suivante: les méthodes de traitement d’une crise hypertensive dépendent du type de ses complications.

Crise hypertensive: complications et traitement

Étant donné qu'une crise hypertensive peut affecter négativement divers organes du corps humain, le traitement doit être instauré en fonction des organes atteints et de la gravité de cette lésion.

Dans ces cas, la réduction de la pression n'est pas une mesure prioritaire. Toutefois, pour que le traitement produise un effet rapide, vous devez tout de même essayer de faire baisser la tension artérielle d’au moins vingt unités.

Comment traite-t-on les complications d'une crise hypertensive? Tout d'abord, cela se fait sur une base hospitalière, pas sur une base ambulatoire. N'oubliez pas que seul un établissement médical sera sous contrôle et surveillance constants. Et seulement là-bas, vous recevrez un traitement efficace.

Tout d'abord, il peut s'agir d'injections intraveineuses de nitroglycérine ou de nitroprussiate de sodium, qui devront être immédiatement annulées dès que la pression artérielle est normale. L'action de ces médicaments commence dans trois à cinq minutes, mais leur introduction dans l'organisme peut être accompagnée de nausées et de vomissements, de convulsions, de tachycardie et d'autres effets indésirables. En outre, il convient de rappeler que ces injections sont prescrites pour un risque élevé d'encéphalopathie, d'insuffisance ventriculaire gauche aiguë et de dissection aortique. Cependant, ils ne sont pas prescrits pour l'insuffisance rénale ou hépatique, le glaucome et d'autres maladies spécifiques.

D'autres médicaments en cas de crise hypertensive peuvent être les bêta-bloquants, qui non seulement abaissent la pression artérielle, mais ralentissent également le rythme cardiaque. Ces médicaments sont prescrits pour l'ischémie myocardique aiguë et la dissection de l'anévrisme aortique, mais ils ne doivent pas être pris pour ceux qui ont des antécédents d'insuffisance cardiaque aiguë, d'asthme bronchique et de faiblesse du nœud sinusal.

Le groupe de médicaments suivant - les alpha-bloquants - ne sont utilisés qu'avec un taux élevé de catécholamines.

La méthyldopa et le sulfate de magnésium sont prescrits sur le cerveau pour les complications d’une crise hypertensive. Le premier médicament a un effet positif sur les mécanismes sous-jacents du cerveau. Il peut également être utilisé pour les crises d’hypertension chez les femmes enceintes. Cependant, il convient de rappeler que phéochromocytome, crise cardiaque, maladie cérébrovasculaire, etc. sont des contre-indications à l'utilisation de ce médicament.

Le sulfate de magnésium est prescrit pour la menace d'un œdème cérébral et pour les convulsions. Il doit être administré très lentement afin de ne pas provoquer de spasmes aux poumons ni d’attaques d’asthme. Le médicament commence à agir vingt minutes après l'injection et produit un effet dans les six heures.

L'hydralazine, utilisée pour le traitement de l'éclampsie, peut également dilater les vaisseaux artériels en cas de crise hypertensive. Le médicament commence à avoir un effet dix minutes après l'administration et a un effet assez durable.

Enalaprilat est un remède très efficace contre l'encéphalopathie, l'insuffisance cardiaque et les syndromes coronariens. Étant donné que le médicament commence à agir presque instantanément, il doit être administré extrêmement lentement et avec précaution.

Ces médicaments mentionnés ci-dessus sont des agents pharmacologiques spécialisés qui doivent être utilisés uniquement selon les directives du médecin traitant.

Méthodes thérapeutiques

Cependant, en plus des injections et des pilules, le médecin peut vous prescrire un traitement thérapeutique. Tout d’abord, c’est une occasion pour le patient de se détendre et de se reposer, que ce soit un rêve, une sieste ou un massage. Vous devez également éviter le stress et l’anxiété, peu importe à quel point ils sont saturés d’émotion.

En plus du calme et de la tranquillité, le patient aura besoin d'un régime alimentaire spécial lui permettant d'éviter les aliments qui sollicitent davantage le muscle cardiaque. Vous devriez complètement abandonner le sel et les épices, manger par petites portions et ne consommer que des aliments maigres et faibles en gras.

En outre, le corps devra être nourri avec des oligo-éléments et des vitamines utiles, pour lesquels des médicaments ou des aliments riches en vitamines (légumes et fruits) peuvent être prescrits.

Secourisme d'urgence

Et maintenant, parlons brièvement de ce qu'il faut faire lorsque surviennent les complications d'une crise hypertensive. Les soins d’urgence au patient consistent à lui apporter la paix et un flux d’air frais, à le rassurer et à assurer l’arrivée prochaine de soins qualifiés.

En tant que sédatif, vous pouvez utiliser n’importe quel médicament improvisé - valériane, corvalol, agripaume. Vous devez également surveiller afin d’équilibrer la respiration du patient. Pour cela, vous pouvez l’aider à retirer ses vêtements et à ventiler la pièce.

Quelle est la meilleure position à prendre? Le patient doit être placé en position semi-assise. S'il a froid, vous devez essayer de le réchauffer. Cependant, il est toujours utile de mettre une compresse froide sur votre front.

Dans les cas aigus, une ambulance devrait être appelée. Vous pouvez également prendre des médicaments spéciaux pour abaisser la tension artérielle.

Cependant, le principe fondamental s'applique ici: ne pas nuire! Par conséquent, si vous décidez d'aider le patient à réduire la pression, vous devez le faire lentement et avec précaution, de préférence avec des médicaments que vous connaissez déjà.

Souvent, le patient lui-même sait comment bloquer une attaque.Habituellement, il a toujours avec lui des médicaments qui peuvent être pris si nécessaire. Une aide extérieure peut également être utile ici. Vous devrez peut-être apporter de l'eau pour avaler la capsule. Ou vous devrez faire une injection intramusculaire.

Quoi qu'il en soit, aider le patient est un acte très noble et digne. Appelez une ambulance, aidez-vous à récupérer, restez à proximité - une telle bienfaisance désintéressée sauvera la vie d'un autre et sera certainement récompensée.